Vous avez une ville à protéger ! Rejoingnez votre Guilde et plongez dans l'aventure qui vous attend au sein de celle-ci !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Alentours :: Les Bois Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(Ex-)Conservateurs - Privé Ayka

avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 404
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Juin - 18:09
Elanion à la main, je marchais en prenant toute les précautions du monde pour ne pas faire de bruit. Le sol de la forêt était blindé de piège. Feuilles mortes, brindilles, ronces et racines, tout semblait être fait pour provoquer un raffut à chaque pas. Mais la chasse à l'arc n'admettait aucun son brusque. Le moindre bruit ferait fuir ma proie et je rentrerais bredouille, chose fâcheuse en cette belle saison, où les oiseaux abondaient. J'étais bien décidée à rapporter une nouvelle belle rémige pour ma collection.
Je levai le nez, comme pour sentir les parfums sauvages des bois. Des orages éclataient fréquemment, ces dernier temps et l'odeur de l'humus me ravissais. J'avais vite-fait d'être distraite par tout ces fumets agréables, et malgré le sol humide qui m'aidais à être discrète, je devais rester vigilante. J'apercevais le ciel, encore tumultueux en cette fin d'après-midi, au travers des feuillages des arbres, agités par le vent. J'aimais ce temps, et les oiseaux aussi. Peut-être aurais-je d'ailleurs mieux fais d'aller chasser dans les champs. Lorsque le vent soufflait et l'orage approchait, nombreux étaient les passereaux à profiter des courants ascendants qui soufflaient sur les terrains dégagés. Ils s'élevait dans les airs, suivait les bourrasques, bravaient le vent. Ils s'amusaient. Oui c'était le mot. D'ailleurs, moi aussi j'avais envie de m'amuser ! Je réajustais la petite plume tachetée que je portais dans ma chevelure noire et désordonnée pour reprendre ma progression. Cette plume, c'était Lenn qui me l'avait offerte pour mes vingt ans. J'aurais forcément de la chance en la portant !
Un sifflotement mélodieux me fait lever la tête. Je reconnaissais immédiatement une fauvette à tête noire. Ces petits oiseaux étaient particulièrement discrets et même si leur plumage n'était pas remarquable, quel prestige que de pouvoir ajouter une rémige de ce passereau à ma collection ! C'était un véritable défi d'arriver à embrocher un si petit oiseaux, surtout qu'il était difficile a repérer. J'armais Elanion et m'accroupis derrière un buisson de houx, en attendant le prochain cri de ma proie, qui m'aiderais à la repérer.
Soudain, un léger craquement retenti derrière moi et un bruissement d'aile m'indiqua que le bruit avait fait fuir ma proie. Je poussai un soupir accompagné d'une moue déçut avant de lancer de ma petite voix flûté, amusée malgré ma légère frustration de ne pas avoir pu attraper cet oiseau :

- Bah bravo, le lourdaud ! Tu as fait fuir ma fauvette !

Je ris, mais doucement, afin de ne pas effrayer les éventuel autres oiseaux. J'ignorais qui pouvais bien avoir été aussi peu discret, mais une chose était sûre : ce n'était pas un animal. Ils ne faisaient pas le même genre de bruit. Ce craquement était bien "humain".




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Nouveau
Messages : 16
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Juin - 19:35
( bon j'espère que ça ira pour un premier RP... surtout pour la longueur je sais pas si ça va, donne moi des conseils si c'est pas top ^^)

Je n'en pouvais plus de rester à la Guilde sans rien faire, alors je décidais de faire une pause pour sortir et me dégourdir les jambes. Me promener malgré l'orage menaçant n'était en soi pas une idée très subtile, mais je ne pouvais pas rester enfermé une seconde de plus. Mes pas me guidèrent jusqu'au bois, qui était sans aucun doute le seul endroit qui pourrait m’apaiser tout en restant au calme. Avec un temps aussi lourd tout le monde était à cran. En plus vu les nuages dans le ciel, seul un fou pouvait s'aventurer dehors. Sauf quelqu'un qui a eu une journée aussi exaspérante que la mienne..., je murmure intérieurement. Arrivé à la lisière, je pris un certain temps pour humer l'air, c'était agréable de respirer un peu d'air frai. Je continuais ma route et pénétrais dans la forêt. Je ne m'était jamais sentit à mon aise avec les arbres autour de moi qui m’empêchaient de voir le ciel, pourtant je venais régulièrement ici. Peut-être car je trouvais un aspect magique dans cette forêt où les proportions nous rendaient minuscules. Un bruit me fit soudain sursauter. Je me retournais vivement, et toujours au aguets, j'observais les environs. Quelqu'un était présent. Je m'en voulu de m'être laissé impressionner par les arbres immenses et d'avoir relâché mon attention.
- Bah bravo, le lourdaud ! Tu as fait fuir ma fauvette !
Ce ne fut qu'a ce moment que j'aperçus le capitaine d'Avelann, cachée derrière un buisson. En fait, j'avais raison, seul les fou sortent par ce temps là... je songeais, en détaillant la jeune femme en face de moi. Ah, qui pouvait être aussi malchanceux? J'avais passé une journée exécrable et je rencontrais le capitaine dans les bois. Je soupirais, volontairement assez fort, espérant qu'Ariemm l'entende.
- Aurais-tu l'obligeance de saluer convenablement les personnes que tu croises, ou bien est-ce trop difficile pour les gens de ton genre? Dis-je sèchement, tentant de garder mon calme devant cet énergumène, qui en plus riait. Et je n'en doutait pas une seconde, elle se payait ma tête.
La coutume voulais que je vouvoies un capitaine, mais celui qui se trouvait en face de moi était non seulement d'Avelann en plus d'être une gamine, sans vouloir me montrer vexant... Je ne voyais donc aucune raison de ne pas la tutoyer.
Je remarquais soudain qu'elle tenais quelque chose à la main : un arc. Je le discernais assez nettement à présent. Alors comme ça, elle chassait! Eh bien, j'ignorais qu'une personne puisse être aussi basse dans mon estime! La capitaine avait perdu bien de la hauteur, elle qui n'était déjà pas bien élevée... Comment peut-on enlever des vies tout en restant joyeux? Je pensais en lui lançant un regard lourd de mépris.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 404
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Juil - 10:36
( C'est parfait tout ça ! Tu t'en sort mieux que Elyu lors de sa première fois x) Pour la longueur, c'est très bien ! Tu sais que le minimum est de sept lignes ? Tu les dépasses largement x) Continu comme ça )

Je ne me retournai pas tout de suite pour voir qui m'avait dérangé dans ma partie de chasse, préférant guetter les cimes des arbres, au cas où un autre oiseau passerait par là. Pourtant, quand un soupir exaspéré et une voix froide me répondit, ce fut plus fort que moi, je fit volte-face, intriguée.

- Aurais-tu l'obligeance de saluer convenablement les personnes que tu croises, ou bien est-ce trop difficile pour les gens de ton genre ?

Un garçon, probablement plus jeune que moi, malgré les apparences, me fusillait de son regard aussi sombre et hostile que les abîmes de la nuit. À ses étranges tatouages ? marques ? qui cerclaient ses yeux, je le reconnu immédiatement. Ayka, jeune membre de la lignée des Mostralin. Les Mostralin étaient, au même titre que les Megjow, une puissante famille conservatrice d'Orchedin. Seule différence : ils soutenaient le peuple de Nacastal, tandis que ma famille était du côté d'Avelann. Nos deux Clans étaient rivaux depuis des temps immémoriaux ! Moi-même je me fichais des querelles conservatrices que livrait mon père à la lignée des Mostralin, mais il semblait qu'Ayka soit pour sa part très impliqué dans les tensions. "les gens de ton genre", hein ? Il devait parler des descendants d'Avelann, comme je l'étais. Cela faisait longtemps que je n'avais plus entendu parlé d'eux, et pour cause : je n'avais pas vu mon père depuis plus d'un an. Avec lui, pas un jour ne s'écoulait sans qu'il ne fasse allusion à ces "idiots de Nacastal". Si ma mère n'avait pas été là, me racontant avec justesse les volontés de Sêlin quant à la fraternité entre les deux peuples, je serais sans doute devenue aussi conservatrice que mon père. Quoique. Je me voyais mal détester quelqu'un. La haine n'apportait que colère et tristesse, deux sentiments que j'étais totalement incapable de concevoir, n'est-ce pas ? Je me demandais bien pourquoi certains s'efforçaient à vouloir avoir des ennemis. J'adresse mon plus beau sourire à mon interlocuteur avant de me relever de tout mes cent cinquante-cinq centimètres de haut. Même comme cela, il me dépassait bien d'une tête. Mais ce n'était de toute façon pas dans le but de le défier que je m'étais levée. Simplement afin de l'examiner. En effet, je n'avais jamais vu un Mostralin d'aussi prêt. Une sorte de fascination indiscrète me poussait à l'observer avec autant de minutie que possible, même si pourtant je n'accordais pas d'importance a nos différences originelles. Je ne le regardais donc pas avec le dégoût de ceux qui considèrent les différences comme un crime, mais simplement avec une curiosité pure. Ayka m'intriguais. Contrairement aux Megjow, qui avaient tous la particularité d'avoir la peau aussi blanche que la neige, Ayka avait un très beau teint cuivré. Ses cheveux roux et mi-long semblaient flamboyer, même dans la lumière tamisée des sous-bois. Rien à voir avec le noir corbeau de ceux de ma lignée. Il était plutôt frêle, mais sûrement pas autant que moi ! Je lui souris de plus belle avant de me décider à répondre, d'une facétie qui n'était sûrement pas la bienvenue :

- Pardonne mon impolitesse ! J'étais tellement absorbée dans ma chasse ! Enchanté, Ayka ! finis-je en imitant un salut religieux, à ma façon.

Je n'avais pas oublié de noter que lui non plus ne m'avais pas salué, ni qu'il me tutoyait alors que théoriquement, il devrait me vouvoyer. Mais je ne lui en tenait pas rigueur, décidée à sympathiser malgré son hostilité évidente. De plus, je préférais qu'il me tutoie. Le vouvoiement, c'était bien trop sérieux et formel. Bon pour les vieux, en somme. J'ajoute de ma petite voix mélodieuse :

- Tu en fais une de ces têtes ! Une mauvaise journée ?

Je souriais, angélique, mais j'espérais qu'il ne penserait pas que je me moquais de lui, bien sue ce soit partiellement vrai.




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Nouveau
Messages : 16
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Juil - 19:27
La capitaine m'ignora un moment avant de se retourner. Elle pris également bien son temps pour se relever et m'adresser un sourire qui aurait pu paraitre amical, mais qui selon moi était une manière de dire qu'elle me méprisait. Elle m'observa avec une certaine curiosité, qui m'irrita au plus haut point. Je m'efforçais de rester de marbre tout en scrutant Ariemm d'un œil noir. C'était la première fois que je la voyait et les dires que j'avais entendu à son propos ne mentaient pas : bien qu'elle soit plus âgée que moi, elle avait l'air de n'être qu'une gamine trop gâtée et elle était capitaine sans aucun mérite. De toute façon, la guilde de Nacastal en avait toujours eut des meilleurs.

- Pardonne mon impolitesse ! J'étais tellement absorbée dans ma chasse ! Enchanté, Ayka ! me déclare-t-elle soudain en faisant un geste étrange.

Je me rembrunis. Je ne pensait pas qu'elle allait réagir ainsi, mais plutôt répondre à ma provocation.

- Tu en fais une de ces têtes ! Une mauvaise journée ?

Elle sourit de nouveau, l'air inoffensive. Elle se moque de moi!! pensai-je, énervé. De plus elle était dotée d'une voix atrocement horrible qui faisait souffrir mes pauvres tympans. Aussi m'entendis-je répliquer :

- Hélas oui! Et je te croises dans cette forêt alors que j'étais venu y chercher du calme...

Je ne pus m’empêcher de la toiser en affichant un air supérieur, tout en prononçant ces paroles. J’espérais qu'elle se vexe et qu'elle me fiche la paix. N'était-je pas venu ici pour la trouver? D'un autre côté, j'avais aussi envie qu'elle reste, juste pour alimenter un peu la haine que nos familles se vouaient. Je lui adressait un rictus méprisant. Je savais, par des rumeurs que la jeune Megjow faisait entorse à la règle, et je me ferais un plaisir de lui rappeler combien les Mostralin sont tendre envers eux.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 404
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Juil - 10:55
(désolée du retard, j'étais en colo. Je repars bientôt deux semaines pour la Bretagne donc on risque encore d'être interrompu x))

Ayka ne sembla pas apprécier ma réponse joviale. La mine sombre, il me toisa sans doute en pensant qu'il aurait préféré que je rentre dans son jeu de rivalité et que je l'agresse à mon tour. Malheureusement pour lui, je ne jouais jamais à cela. D'ailleurs, je ne trouvais rien d'amusant dans le fait d'essayer de ridiculiser ou mépriser quelqu'un. Avoir des ennemis ne m'intéressait définitivement pas. Le jeune homme du Clan Mostralin finit par répondre en me jaugeant avec insolence :

- Hélas oui! Et je te croises dans cette forêt alors que j'étais venu y chercher du calme...

Il me lançait une nouvelle pique mais j'avais, malheureusement pour lui, l'habitude de ce genre de manque de respect, en dépit de mon rang de Capitaine. Je n'avais jamais était très sensible aux provocation, faute d'orgueil. Contrairement à mon père, qui accordait une importance énorme à l'honneur et qui ne supportait pas qu'on touche à sa fierté, j'étais plutôt dépourvue du sens de la prééminence malgré mon ascendance avantageuse. Dans le fond, je n'accordais pas vraiment d'importance à mon Clan, dans la mesure ou ses idéaux conservateurs avaient toujours été contraire aux miens. Bien sûr, j'étais aussi très loin de renier ma famille. Au contraire, j'étais très heureuse d'appartenir au Clan Megjow, bien que ma personnalité ne collait pas vraiment avec le caractère de ma famille. J'étais très attaché à mon père et j'avais fait tout ce qui m'étais possible pour le rendre fière, même si je savais qu'au final, j'avais échouée.
Je souris, désinvolte, tout en me penchant légèrement en avant, les mains dans le dos, un air innocent.

- C'est bien dommage pour toi ! Mais ce n'est pas en cherchant le calme que tu auras une meilleure journée ! fis-je de ma petite voix enfantine. Quand rien ne va, mieux vaut ne pas y penser et aller s'amuser plutôt que de se morfondre dans les bois !

Je croisais les bras et ajoutai d'une mine faussement boudeuse :

- Surtout que tu n'as visiblement pas la capacité de discrétion et que tu viens de faire fuir ma fauvette !




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Nouveau
Messages : 16
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 11 Aoû - 14:31
Je n'ai pas la capacité de discrétion??? Mais pour qui se prenait-elle pour oser m'insulter ainsi? Et, si j'avais fait fuir sa fauvette, qu'elle s’apprêtait à tuer son sourire imbécile aux lèvres, j'en étais très fier! Sa voix suraigüe m'était tellement insupportable que je me demandais si j'allais tenir encore longtemps avant de l'étrangler... Je pris une profonde inspiration pour tenter de retrouver mon calme.

- Le vrai bonheur est le calme dans le corps et l'esprit. Poète anonyme du premier siècle de Sêlin dis-je d'une voix glaciale. Seul l'idiot s'amuse de tout ; il broute vos belles idées ; il mâchonne ; il ricane.

Je continuais de la fixer tout en citant ces doux proverbes. Mes yeux qui s'étaient réduits à des fentes et laissaient à peine passer la lumière, s'étaient remplis de mépris. D'une colère froide qui vient des entrailles du cœur et qui incontrôlable, peut déborder à tout moment. Et à cet instant précis, elle était au bord de l'éruption... J'attendais que la capitaine _si l'on peut appeler ainsi une gamine_ me lance une remarque cinglante au visage. Mais elle ne viendrais pas, cette réplique emplie de colère et je le savais; le sentais plutôt.

-Et puis au sujet de la fauvette, fis-je d'une voix suave pour éviter que la sienne ne vienne m'écorcher les oreilles une fois de plus. Ne savais-tu pas que ces oiseaux sont immangeables?

Je me doutais qu'elle ne faisait pas ce genre de chose, mais avec quelqu'un de la sorte on devait s'attendre à tout.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 404
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Aoû - 12:10
L'instant d'après, je sentis que le jeune homme roux était sur le point de m'écorcher vive. Visiblement très susceptible, il n'avait pas dû apprécié que je le traite, plus ou moins directement, de balourd. Il me fixait de son mystérieux regard cerclé de noir, comme s'il aurait pu me tuer par cette simple action. Le voir se mettre dans une pareille colère pour si peu, m'amusai beaucoup et je ne parvins pas à étouffer le petit rire qui me montais. Je m'en voulu un peu, car je ne voulais aucunement le rendre encore plus haineux que ce qu'il n'était déjà. Mais là c'était trop pour moi. Je n'avais jamais rencontré quelqu'un d'aussi douillet ! Ayka, qui n'avait pas l'air de rigoler du tout, me lança froidement au visage :

- Le vrai bonheur est le calme dans le corps et l'esprit. Poète anonyme du premier siècle de Sêlin. Seul l'idiot s'amuse de tout ; il broute vos belles idées ; il mâchonne ; il ricane.

Il plissait les yeux d'autant que son mépris était grand. Et il devait être gigantesque, car je ne distinguais presque plus son regard entre ses paupières, au point que je me demandais si il parvenait encore à voir... En tout cas, il n'avait pas besoin de ça pour me traiter d'idiote. A moins, justement, qu'il n'osait pas affronter directement mon regard lorsqu'il m'insultait. Cette idée m'arracha un grand sourire, bien que je savais qu'elle n'était pas véritable. Mais ce n'était pas la seule chose qui me donnait envie de rire. En faite, sa personnalité et son attitude toutes entières me plaisaient beaucoup. Avec ces répliques tout droit sortie de livres, je pouvais facilement m'imaginer Ayka déguisé en philosophe barbu. Et vu la couleur de ses cheveux, sa barbe aurait pu être sacrément réputée ! Je chassais toute ses pensées ridicules : surtout, ne pas le mettre d'avantage en colère. Sinon, c'était le fou rire assuré ! Idiot est celui qui s'amuse de tout, peut-être, mais au moins, il s'amuse ! Si être intelligent signifiait ne pas savoir rire, alors je préférais largement être stupide. Le but dans la vie n'était-il pas d'être heureux ? Ayka enchaîna, cette fois d'une voix faussement douce :

- Et puis au sujet de la fauvette, ne savais-tu pas que ces oiseaux sont immangeables ?

J'incline la tête sur un côté, affichant un air étonné. Manger un oiseau ? Cette idée ne m'avais jamais effleuré l'esprit. Et je ne risquais pas de tenter l'expérience : les plats de la Guilde étaient mille fois plus appétissants que les quelques grammes chair crue que j'aurais pu tiré d'un si petit passereau. Me prenait-il pour une sauvage, à me nourrir dans les bois, par les fruits de ma chasse ? A moins que la nourriture à Nacastal était si infecte qu'il était pour lui normal de manger des charognes ? J'aurais pu lui lancer à la tête cette dernière pensée moqueuse, accompagnée d'un petit clin d'oeil taquin, comme je savais si bien les faire, mais je n'en fis rien. J'avais même presque honte d'avoir songé cela une seconde. C'était terriblement méchant pour tout ceux de Nacastal et je ne voulais toujours pas déclencher un cataclysme en faisant éclater la colère d'Ayka. Le plus innocemment possible, je répondis avec, malgré moi, un certain amusement dans la voix :

- Je me doute bien que ces petits oiseaux ne sont pas très appétissants ! Mais ce n'est pas pour manger que je fais ça ! En fait, je fais une collection de plumes, et comme il serait trop long et hasardeux de me contenter de ramasser celle que je peux trouver parterre, je chasse ! Et avoir plus vite des plumes n'est pas le seul avantage : non seulement je peux choisir celles qui m'intéressent, mais en plus chasser des oiseaux me permet d'entretenir mes capacités d'archère et même de m'améliorer ! Moi ce que je préfère, ce sont les rémiges, les plumes des ailes ! J'aime aussi les plumes de la queue, mais le duvet et les petites plumes, ça ne m'intéresse pas beaucoup.

Malgré ma volonté de ne pas mettre en rage Ayka, j'avais tout de même fait un peu exprès d'en raconter des tonnes. Il devait se ficher éperdument de ma vie et de mes hobbies, mais je ne pouvais m'empêcher de trouver amusant de le taquiner avec des futilités comme celles-là. Curieuse de voir comment il réagirait face à un peu de vantardise de ma part, j'ajoute en croisant les bras, surjouant l'orgueil :

- Et puis, il faut croire que mes heures de chasse en forêt ont payés : ne suis-je pas la meilleure archère d'Orchedin ?

A cela, j'ajoutai un petit rire, mon regard vert sombre pétillant de malice. J'espérai qu'il n'allait pas exploser pour cela. C'était encore trop tôt. Dans le fond, j'adorais tester ses limites, voir jusqu'à quand il réussirait à rester calme. C'était déjà devenu un jeu, pour moi. Le but était qu'il résiste le plus longtemps possible à sa colère.




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Nouveau
Messages : 16
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 15:55
Mais pourquoi m'étais-je aventuré dans cette stupide forêt? La petite Megjow commençais de plus en plus à m'irriter à ricaner incessamment. On aurait dit qu'elle imitais un poulailler, voir même toute la basse-cour.

- Je me doute bien que ces petits oiseaux ne sont pas très appétissants ! Mais ce n'est pas pour manger que je fais ça ! En fait, je fais une collection de plumes, et...

Je n'entendis pas la suite. Ma vue se brouilla et laissa place à une scène que je connaissais par cœur.
Un homme brandissant une épée ensanglantée, le visage déformé par la haine, les yeux lançant des éclairs se ruait sur moi, hurlant comme un diable. Mon bras tremblais tellement que je dus rassembler toutes mes forces pour lever mon katana devant moi. L'homme n'était plus qu'à quelque mètres de ma lame et continuait de courir. Je fermi les yeux, terrorisé, attendant le choc. Le cri du guerrier se perdit. Un liquide chaud et poisseux me dégoulinait le long du bras. Mes paupière se soulevèrent et mon visage se retrouva nez à nez avec celui du guerrier. Je hurlais de peur et tombais à la renverse. L'homme, les yeux exorbités, me suivit. Je sentis alors ses quelque chose de gluant se déverser sur moi. Je repoussait tant bien que mal le cadavre du guerrier. Je vis alors avec horreur et dégout que ses organes s'était éparpiller sur mon corps. Ses boyaux sortait de son ventre, béant.  Les larmes me montais au yeux.

- Et puis, il faut croire que mes heures de chasse en forêt ont payés : ne suis-je pas la meilleure archère d'Orchedin ?

Je regarda Ariemm incrédule. Mon visage retrouva en moins d'une seconde son aspect impassible. Je fut presque heureux de me retrouver face à elle. Presque. Que venait-elle de dire? La meilleure archère, hein?

-Pathétique! Et qu'est-ce que tu voudrais? grinçais-je entre mes dent, ayant retrouvé totalement mes esprits. Que je te félicite peut-être?

Je secouait la tête, définitivement lassé par cette journée. Et pour me soulager, même si cette imbécilité ne me correspondait pas, je lui cracha à la figure pour ponctuer ma phrase tout en me demandant comment elle réagirait.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orchedin  :: Alentours :: Les Bois-
Sauter vers: