Vous avez une ville à protéger ! Rejoingnez votre Guilde et plongez dans l'aventure qui vous attend au sein de celle-ci !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Orchedin :: Quartier Est :: Dans les Quartiers Est Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Première Mission! - Privé Ariemm

avatar
Akkami
Habitué
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Juil - 11:47
Adossée contre le mur d'une maison, le fouet à l'épaule et le sabre dans la ceinture, j'attendais. J'attendais l'arrivée de Ariemm qui m'accompagnerais pour cette première mission. Comme d'habitude, je m'étais présentée en avance au lieu de rendez-vous. La patience n'est pas quelque chose qui me manque mais sur le coup, j'avais hâte de pouvoir commencer. Notre mission parlait d'un ou plusieurs malfrats qui avaient dégradés des habitations et agis violemment vis-à-vis d'autre villageois. Cette mission m'intéressait et j'avais hâte de pouvoir débuter. Mais je me devais d'attendre ma Capitaine.
Plusieurs fois j'avais hésiter à faire un tour dans le Quartier mais à chaque fois je me disais ce que tout le monde ce dis dans cette situation: "Et si elle arrive pendant que je ne suis pas là?" Donc je restais là, adossée à mon mur, regardant fixement mes bottes, puis levant la tête regardais à droite et à gauche en espérant voir  Ariemm. A chaque fois je me disais: "Là j'aurais eu le temps de faire une ou deux fois le tour du Quartier..." Mais non, je restais là. J'ai finie par m'assoir en tailleur et poser mon menton sur ma main.

- Aller... Viens Ariemm!...

Dis-je tout bas, comme si ça allait amener ma Capitaine. Je n'aurai pas du venir aussi vite. Voilà qu'encore une fois je regrette mon choix!
Pour passer le temps je me mis à imaginer tous les scénarios possible lorsque je serai face à ces malfrats. Mais souvent ça finissais au drame. Il faudra d'abord les attraper, et ça je ne sais pas si c'est donné!


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 496
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Juil - 10:55
Sauvage accroché dans mon dos, je dévalais quatre à quatre les escaliers de la Guilde. J'étais en retard car, en chemin, je m'étais rappelée que d'autres novices attendaient pour leur première mission. Heureusement, j'avais croisé le Lieutenant Droit, au deuxième étage. J'avais eus du mal à lui refiler la liste des novices, mais en jouant de mon sourire angélique et de mon air innocent, j'avais finis par réussir à obtenir ce que je voulais. Je traversais à présent la cour à toute allure, trop impatiente de commencer cette mission, avec Akkami. Je savais qu'il fallait que je la laisse me montrer ce dont elle était capable, et j'espérais pour elle qu'elle agirait vite. Sans quoi, je risquai de m'impatienter et prendre les devants... Pour rejoindre les Quartiers Est, je devais d'abord traverser les Quartiers Sud, voisins de la Guilde d'Avelann. Je passais devant ma maison, mais je m’efforçai de ne pas regarder par une fenêtre pour essayer d'entre-voir mes parents ou ma nourrice. J'avais trop peur d'affronter leur regard. Je déboulais enfin dans une rue des Quartier Est, et reconnu Akkami, déjà là, ce qui n'avait rien d'étonnant, vu mon retard. Adossée contre le mur d'une maison, son fouet et son sabre fidèles à ses côtés, elle semblait s'ennuyer à mourir. Je l'interpelle souriante :

- Désolée du retard ! Prête pour ta mission ? C'est toi qui dirige, je te suis !

Temps que les malfrats ne feraient pas leur apparition, il me serai plutôt facile de me contenir et de la laisser agir. J'espérai tout de même qu'elle ne prenne pas trop de décision qui iraient à l'encontre de se que me soufflerait mon instinct. Je vouais à mon intuition une confiance aveugle, et bien souvent, j'avais raison.




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 8:42
- Désolée du retard ! Prête pour ta mission ? C'est toi qui dirige, je te suis !

La voix d'Ariemm me fit légèrement sursauter. Je me retourne et la vois arriver. "Euh... Attends... Elle à bien dit "c'est toi qui dirige"? Mais comment je fais moi!?" Un peu prise de panique, je me remet droite et tapote mes vêtement pour y enlever la saleté. J'essaie de ne pas trop montrer mon impatience à faire cette mission, mais déjà je crois que c'est raté, rien qu'en voyant mes gestes nerveux on savait que j'étais impatiente. Impatiente mais paniquée... Comment devais-je pouvoir reconnaitre le malfrat? Et où est-ce que j'ai plus de le chance de le trouver? C'est grand quand même le Quartier Est! J'essaie de garder mon calme et demande:

- Euh... Comment pourrais-je reconnaitre à coup sûr notre malfrat? A-t-il un signe distinctif que je pourrai reconnaître avant de passer à l'action?

J'espère juste que Ariemm est plus sérieuse sur le terrain que lorsqu'elle s'occupe de ses tâche administrative... Si elle me répond un "Bah qu'est-ce que j'en sais", je crois que je n'aurai jamais dû demander à faire cette première missioin accompagnée! Ouais, mais toute seule ça aurait été encore pire, je n'aurai vraiment aucune aide! Vraiment aucune! Alors je vais me réjouir qu'elle soit là... Même si j'aurai sûrement pu être mieux accompagnée.
Voilà que ma maudite manie de me tordre les doigts dans tous les sens se remontrait! Heureusement, je m'en rendis rapidement compte, pour un fois, et j'eus le temps de les fourrer dans mes poches avant que ça ne soit trop voyant. Mon regard était braqué sur la chevelure d'Ariemm, je n'avait jamais remarqué à quel point ils étaient foncés. J'étais restée fixée là, à détailler chaque bouclettes noir intense de ma Capitaine.


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 496
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 11:04
Akkami tressaille avant de se lever et de s'épousseter. J'avais dû la prendre au dépourvu à débouler comme ça et lui annoncer que se serait elle qui dirigerait la mission. Néanmoins, je fus satisfaite de remarquer qu'elle ne semblait pas vouloir renoncer, en dépit de son appréhension. Quoique, si elle abandonnait, je pourrais garder cette mission pour moi toute seule ! L'idée me plaisait, mais je n'étais pas sadique au point de vouloir effrayer Akkami pour la contraindre à renoncer. C'était une membre de ma Guilde et jamais je n'aurais oser lui causer du tort volontairement. Pas plus qu'à n'importe qui d'autre, d'ailleurs. Je ne faisait pas partie de ce genre de vipère, bien que je n'ignorais pas que je possédais un poison moi aussi... Visiblement dépassée, Akkami commença :

- Euh... Comment pourrais-je reconnaitre à coup sûr notre malfrat? A-t-il un signe distinctif que je pourrai reconnaître avant de passer à l'action?

Je me tapai le front avec la paume de ma main. Mais où avais-je la tête ! Je ne lui avais même pas lu le dossier de mission ! Dans ses conditions, il était clair que nous n'allions pas bien avancer ! Je souris à Akkami avant de m'excuser platement une seconde fois. Deux fois en à peine quelques secondes, quand j'étais partie comme ça, il était dur de m'arrêter. Je farfouillais dans ma poche, priant Sêlin pour que j'ai emporté avec moi les informations de la quêtes. Heureusement, je ne tardais pas à trouver ce que je cherchais. Je dépliais le papier froissé pour lire à haute voix son contenu.

- "Violences et dégradations dans les Quartiers Est. Plusieurs riverains de la rue du chat noir -Quartier Est- se sont plaint de violence et de dégradation des habitations récemment. La plupart parlent d'un groupe de jeune, apparemment sans foyer." Je marque une pause, pour observer la réaction d'Akkami. Elle était visiblement très concentré sur mes cheveux, alors je ne dis rien et reprit dans un petit rire : Voici le témoignage d'un des habitants de cette "rue du chat noir", victime des méfaits : "Je rentrais chez moi après une journée de travail à la taverne. Le crépuscule tombait et lorsque j'arrivai devant ma maison, les vitres était brisées et les murs peinturlurés. Furieuse, j'ai fait le tour de chez moi pour chercher qui avait bien pu faire ça. C'est alors que je suis tombée nez à nez avec ces jeunes garçons. Ils étaient 5 ou 6, le plus âgé devait avoir dix-neuf ans et les autres environs entre 6 ans et 15 ans... Ils étaient tous sales et mal habillés, j'en ai déduis qu'il devaient s'agir d'enfants des rues. J'allais appeler les voisins et le chasser quand le plus âgé m'a attaqué. Il m'a frappé à la tempe et je me suis évanouie sur le coup. A mon réveil, il n'y avait plus personne, mais j'ai appris par la suite que d'autre habitant de ma rues avaient été victime du même genre de problème."

Trop ennuyeux de lire ce rapport normalement, je n'avais pu m'empêcher de transformer ma voix de manière ridicule pour imiter l'orchedienne qui témoignait à travers ces lignes. Même si je m'étais un peu moqué d'elle, toute ses informations étaient plus qu'utile ! Pour ma part, je savais déjà se que je ferais à la place d'Akkami, mais je ne dis rien, préférant voir quel plan elle comptait établir.




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 15:03
- "Violences et dégradations dans les Quartiers Est. Plusieurs riverains de la rue du chat noir -Quartier Est- se sont plaint de violence et de dégradation des habitations récemment. La plupart parlent d'un groupe de jeune, apparemment sans foyer."

Lit-elle alors que j'examinais ça chevelure. Elle marqua une pose puis repris avec une voix déformée qui devait imité celle de la victime:

- Voici le témoignage d'un des habitants de cette "rue du chat noir", victime des méfaits : "Je rentrais chez moi après une journée de travail à la taverne. Le crépuscule tombait et lorsque j'arrivai devant ma maison, les vitres était brisées et les murs peinturlurés. Furieuse, j'ai fait le tour de chez moi pour chercher qui avait bien pu faire ça. C'est alors que je suis tombée nez à nez avec ces jeunes garçons. Ils étaient 5 ou 6, le plus âgé devait avoir dix-neuf ans et les autres environs entre 6 ans et 15 ans... Ils étaient tous sales et mal habillés, j'en ai déduis qu'il devaient s'agir d'enfants des rues. J'allais appeler les voisins et le chasser quand le plus âgé m'a attaqué. Il m'a frappé à la tempe et je me suis évanouie sur le coup. A mon réveil, il n'y avait plus personne, mais j'ai appris par la suite que d'autre habitant de ma rues avaient été victime du même genre de problème."

Quoi!? 6 ans le plus petits de ces imbéciles!? Toutes ces informations me laissèrent un peu bouche bée. S'il sont 6 ans que ce sont tous des gamins de 7 ans ça devrai être simple! Par contre, j'ignore complètement le genre de sanction qu'on devra leur donner. Pas la mort quand même, si ma mère serai là, c'est ce qu'elle me dirai... Sûrement... Enfin bref! Pourquoi pensais-je à elle maintenant!? Je devais me concentré sur cette petite racaille! Bien, par quoi commencer? Aller voir dans la "rue du chat noir"? Je ne sais pas du tout! Il faut essayer de se prendre en main. Je me tourne et dit à Ariemm pensive:

- Bien... Allons voir dans cette "rue du chat noir" et voyons ce qu'il se passe ensuite!

Par chance, je me souviens à peu près où se trouvait cette rue. Je pris ma marche vers cette rue sans regarder si Ariemm me suivait bien. Je pense quand même... Enfin j'espère!


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 496
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Juil - 11:21
Akkami qui avait été très attentive, malgré sa fascination étrange pour ma chevelure, finit par sortir de ses réflexions. A sa place, je n'aurais jamais réfléchis autant. J'étais une fonceuse, moi ! Elle, elle devait probablement préférer évaluer les risques avant d'agir. Ce qui était sûrement plus sage, bien que moins amusant... Combien de fois je m'étais retrouvée dans une situation que je n'avais pas prévue à cause de mon impulsivité ? Je ne comptais plus, mais je me souvenais qu'à chaque fois, cela avait était drôle et riche en rebondissement ! Rien à regretter là-dessus. D'ailleurs, je trouvais surprenant qu'Akkami soit aussi réfléchie. Je la voyais plutôt du genre dur à cuire, mais il était vrai que ce point de vue n'avait plus vraiment de raison d'être, étant donné son caractère aussi changeant qu'un ciel d'orage. Elle se tourna vers moi pour me partager ses intentions :

- Bien... Allons voir dans cette "rue du chat noir" et voyons ce qu'il se passe ensuite !

Pas si réfléchie que cela, finalement. Peut-être était-elle tout simplement nerveuse, comme l'avait été Serma lors de notre première mission. Son plan me convenait, pour l'instant. Rien de mieux que de se rendre sur les lieux des méfaits pour avoir une chance de trouver des indices et attraper ses vilains petits enfants. Je couru pour rejoindre Akkami, qui était déjà partie en direction de la rue qui nous intéressait. Une fois à sa hauteur, je me mis à sautiller gaiement à ses côtés. Une idée réjouissante m'étais venue à l'esprit : la composition du groupe de malfaiteur faisait que j'aurais peut-être une chance de m'amuser sans empêcher Akkami de montrer ce dont elle était capable. Elle s'occuperait des plus jeunes tandis que moi je mènerai la danse avec l'aînée. Oui, c'était une bonne idée, que Sauvage avait l'air d'approuver, lui aussi.

(C'est toi qui fait avancer le rp, souviens-toi x) Prend les devants, installe le décor comme tu veux. Respect juste ce qui est mit dans le dossier de mission qu'Ariemm à lu et tout ira bien Parfois, je rajouterais peut-être quelques détails qui feront dévier les plans de ton personnage mais globalement, tu es maître de l'évolution de ce rp, étant donné qu'il s'agit de ta première mission. Si tu veux des conseils, un petit MP ;) )




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Juil - 13:46
Ariemm me rejoignit en courant puis je mis à sautiller joyeusement autour de moi. La marche n'a pas été très longue, mais ces quelques minutes sans arrêt à regarder à droite à gauche m'avait bien stressée! Une fois arrivées dans la rue en question, cette rue du chat noir, je commença à regarder attentivement chaque maison. La rue était presque déserte, tout les villageois devaient être au travail ou de sorti, avec un temps comme celui-ci aussi... Les maisons se ressemblaient un peu toutes, mais il ne fut pas difficile de savoir qu'il s’agissait bel et bien de la rue du chat noir, encore certaines maisons étaient peinturlurées, les pots de fleurs brisés, les vitres complètement éclatée. Quel bande de malades... me dis-je en avançant dans la rue déserte. On les trouvera et nous nous occuperons d'eux comme il le faut!
Je ne sais pas s'il serai raisonnable d'aller voir notre plaignante tout de suite, je préféra commencer par essayer de trouver des indices moi-même. Je m'approcha d'une des maisons qui avait été prise pour cible par ce groupe d'imbécile. Elle sentait encore la peinture fraiche. Je posa les doigts dans une des tâche rouges et sans étonnement, du rouge resta sur mes doigts. La peinture n'était pas encore sèche, les malfrats étaient passé il y a peu de temps! Je regarda à droite puis à gauche, mais rien, ils ont du partir ou se réfugier dans les recoins plus étroit de cette rue. S'ils reste en groupe, ça ne sera pas difficile de les identifié! Je sentis l'excitation monter en moi. Nous avions peut être une chance de les attraper dans peu de temps! Si nous fouillons la rue correctement et rapidement, nous pourrons leur tomber dessus sans mal. Je m'avança dans la rue en regardant attentivement chacun des rares passants. Toujours aucunes trace de ce groupe. J'essaya de me mettre à leur place, si j'aurai commis un interdis et que je devais vite partir, que ferai-je? Bien, moi je partirai dans la forêt, malheureusement elle est trop loin pour me laisser une chance. J'essaierai donc je partir le plus loin du quartier en question et de paraitre le moins suspect possible. Bon, ce qui pour eux doit être assez difficile. Il ne faudra quand même pas que je confonde une bande d'amis innocents avec cette bande de malfrats!
Soudain, une idée me passa en flash dans l'esprit, ces voyous avaient bien utiliser de la peinture pour peindre ses murs, vu le carnage que c'est, il ne m'étonnerai pas que les coupables soit tâchés! J'ai sûrement assez d'indices pour pouvoir les reconnaître facilement, un groupe de 5 ou 6 enfants, ayant entre 6 a 15 ans, dont certain d'entre eux pourrait être tâché de peinture, rouge comme celle-ci entre autres. me dis-je à moi-même. Je pense qu'Ariemm avait déjà fait ces déductions depuis bien longtemps, mais il ne fallait pas que je commence à me déconcentrer à cause de si peu. Bien. "Enfants, groupe, peinture..." ces mots tournait dans ma tête pendant que j'examinais chaque coin de la rue.
J'entendis un rire enfantin étouffé non loin de là où je me trouvais avec Ariemm, cela pouvait-être n'importe qui, mais c'était peut être une piste, je partis au pas de course vers la ruelle d'où venait ce rire. Je crois que je tenais mes voyou, 6 gamins s'amusaient à se balancer de la peinture en pleine figure. Comme la description le disait, il y en avait un plus âgé que le reste du groupe, et que moi aussi soit dis en passant. Je me tourne vers Ariemm et lui lance un signe de tête pour lui indiquer la ruelle où jouait les enfants.

HRP:
 


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 496
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Juil - 14:08
Nous arrivâmes bientôt dans la rue du chat noir. Elle aurait sans doute été aussi noble que toute les autres avenues du Quartier Est si certaines de ses maisons n'avaient pas été dégradées. Des gravures sur les portes, des vitres brisées, des gribouillis à la peintures... Certaines des habitations étaient vraiment dans un piteux état. Qu'est-ce qui pouvait bien pousser ces gamins à faire autant de dégâts ? Etait-ce un jeu ? Peut-être. La destruction avait un aspect attirant et amusant que je ne niais pas. Leurs petits délits étaient sans doute à leurs yeux le genre de jolie bêtise dont on est fier, une fois en sûreté. Moi-même, j'aimais faire des choses interdites pour m'amuser, mais pas de là à troubler la paix d'Orchedin. Et puis, je préférais de loin les course-poursuite avec les gêneurs. Le rôle du loup me plaisait d'avantage que celui de la proie. Il pouvait aussi s'agir d'une sorte de vengeance. Selon les témoignages, ces jeunes étaient des enfants des rues, sans parents et livrés à eux-même. La pauvreté et les conditions de vie pénible étaient leur quotidien et la vue de la richesse devaient les rendre jaloux, ou haineux. Dans le fond, peu m'importaient leur raisons. Nous étions la pour les arrêter. A mon tour de m'amuser.
Akkami s'approcha d'une des maisons. Elle était salement amochée et en nous approchant, l'odeur de la peinture fraîche se fit forte. Une victime récente, voilà qui devenait intéressant. En retirant sa main de la trace de peinture, un peu de couleur resta sur ses doigts. Aucun doute ne faisait sur le faite qu'elle avait comprit elle aussi que les voyous était probablement encore dans les parages. Ils seraient à nous très bientôt. J'examinais une dernière fois les marques. On voyait très clairement qu'ils avaient fait ça sans pinceaux, sans doute en lançant directement un seau de peinture sur le mur. Des traces de mains entouraient la tache principale, façon peinture de guerre tribale, comme s'il signaient leur délit. Des grandes et des petites, je comptais sept mains droites. Sept petits criminels au lieux de cinq ou six comme l'évoquait l'orchedienne ? C'était plus qu'envisageable. Dans le feu de l'action, il était fréquent que les habitants rapportaient des témoignages partiellement erroné. Il était déjà surprenant que cette habitante ai réussi à noter autant de détails.
Soudain, des rires étouffés résonnèrent dans la rue voisines. Je souris, satisfaite. Les malfrats n'avaient pas tarder à se trahir d'eux-même. Bien qu'il aurait pu s'agir de n'importe quelle bande d'enfant, mon instinct me susurrait de me préparer à dégainer Sauvage mais aussi... de me méfier. Akkami, qui était allé jeter un coup d'oeil dans la ruelle me fit un petit signe de tête pour me demander d'approcher. En réponse, j'agitai frénétiquement une main pour lui faire comprendre de se cacher, hilare devant son manque d'expérience. Il ne fallait surtout pas que la bande de gamin la remarque. S'ils comprenaient le danger qu'elle représentait, alors se serai la dispersion et nous pourrions dire au revoir à toute chance de les retrouver. J'avançai à mon tour en direction de la ruelle, pour tenter d'apercevoir la scène. Ce que je vis ne me convaincu pas, et je compris mieux pourquoi mon intuition me soufflait de me méfier. Six gamins aux âges susceptible de les imputer comme suspect se lançaient de la peinture au visage. A première vue, cela était identique en tout point avec le description de l'orchedienne, bien que la peinture qui les recouvraient ne permettait pas vraiment de définir s'ils étaient sales et mal habillés. Seulement, de part l’attitude de trois d'entre eux, je devinai que quelque chose clochait. Ils n'avaient pas de seau de peinture et semblait plutôt vouloir s'enfuir en courant que jouer. Les trois autres les aspergeaient en ricanant et j'attrapai quelques bribes de conversation, tel que "sales gosses de riches" ou encore "pourris-gâtés". Trois de ces enfants n'avaient rien à voir avec les dégradation commise dans la rues et étaient, au contraire, des victimes. J'avais compté sept mains. Les crapules étaient sept. Il en manquaient donc quatre. Voilà qui ne facilitaient pas l'affaire. Je murmurai à Akkami :

- Petit retournement de situation : trois de ces gamins sont innocents. Regarde mieux la scène et tu comprendras. Je te laisse gérer.

Je finis par un petit clin d'oeil, souriante. Ce qui m'intéressais n'était pas ici. Il allait falloir le trouver. Ou plutôt, le faire venir à nous. J'avais déjà ma petite idée sur la méthode à suivre. J'émis un petit rire, quel stratégie amusante ! Radieuse, je me reconcentrais sur la situation. Si jamais Akkami gaffait et ne parvenait pas à retenir les trois voyous, il faudrait que je sois capable de les rattraper. Il me fallait les trois, si je voulais que mon idée est une chance de fonctionner.

(Non, t'inquiète, c'est très bien. Ca me semble logique et crédible ton histoire, continue comme ça ;) Par contre, j'ai un peu chambouler ce que tu avait prévu à la fin, car sinon c'était trop facile x))




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil - 8:03
Ariemm me fit un signe de main pour me rappeler de me cacher, pour que les gamins ne me voient pas. Un peu gênée de ne pas avoir penser à ça plus tôt, je recule en trébuchant quelque peu sur mes propres pieds jusqu’à l’angle de la maison qui marquait l’angle de la rue où jouaient les six gamins. Enfin cachée ! Quel imbécile je fais ! C’était pourtant logique ! me reprochais-je. Enfin, ils ne m’avaient pas vu alors tout allait bien, il ne fallait pas que je me déconcentre maintenant ! Je me retourne vers Ariemm qui me disais doucement :

-Petit retournement de situation : trois de ces gamins sont innocents. Regarde mieux la scène et tu comprendras. Je te laisse gérer.

Elle fini sa phrase par un clin d’œil accompagné d'un sourire. Ne lui rendant aucun de ses deux geste, je me tourne à nouveau et observe plus attentivement la scène qui se déroulait sous mes yeux. Six enfants ayant ente 6 et 9 ans en train de jouer. Tellement concentrée sur mes pensées, je n'avais pas remarquer directement que trois d'entre eux ne jouaient pas du tout, au contraire, ils tentaient de fuir l'arrosage de peinture et d'insulte des trois autre. Je comprend. Nous ne tenons que trois de nos voyous… Puis je commença à comprendre le geste de ces malfrats, sûrement ayant la haine de vivre pauvrement parmi des personnes riches. Ce geste est totalement logique, mais malheureusement pour eux, interdis. Enfin, peu importe la raison, il fallait agir au plus vite ! Trois gamins du village étaient en train de subir la vengeance d'enfants de rue. Le problème est que je ne savais pas du tout comment je pouvais m'y prendre. Je me retournais vers Ariemm qui était en train de rire, sûrement avait-elle aperçut un éléphant rose ? Qui sait… Non, Ariemm ne m'apporta aucune aide, même si je ne lui avait pas vraiment demander, je n'en voulait pas ! Je me retourna et me mis à me creuser les méninge plus que ça ne l'était déjà. Que faire ? Leur sauter dessus ? Mais c'est carrément bourrin comme technique ! Surtout que si faisais mal au trois martyrisés, je ne sais pas ce qu'il m’arriverais… Je pourrais peut-être jouer la comédie pour faire croire aux gamins des rue que j'ai la même histoire qu'eux ? Non il ne faut pas abuser, je ne suis pas là pour jouer du théâtre… Surtout que je suis bien nulle à ça… J'ai déjà énormément de mal à jouer ma propre personnalité de façade… Bref ! Là n'était pas la question ! Je continua alors de chercher… Je n'allais quand même arriver dans la rue la tête haute en déclarent fièrement : « Guilde d'Avelann ! Vous êtes en état d'arrestation ! » Non il ne fallait pas trop rêver non plus… Si réfléchir faisait chauffer réellement le cerveau, je crois que le mien aurait largement dépasser les 100°C… Devais-je peut être utiliser mon fouet afin de capturer ses trois chenapans ? Non c'est trop violent de se faire attraper comme ça… Mya me l'avait souvent fait et j'en ai garder de légères cicatrices sur les bras… Bon, je devais agir vite et efficacement. Malheureusement je n'avais que deux bras pour trois malfrats, j'aurais besoin de l'aide d'Ariemm. Je me tourne vers elle une dernière fois et lui lance simplement sans chercher à savoir si elle comprendrait directement :

- J'y vais!

En toute connaissance que ce n'était sûrement pas la chose à faire, je sors de ma ''cachette'' et cours vers les gamins. L'un de trois voyous, le plus jeune, s'arrêta et en me voyant arriver, il lança à ses deux camarade :

- Eh ! Je crois qu'il faut qu'on se t- !

Trop tard pour lui, je lui avais plaquer ma mains sur sa bouche pour l'empêcher de finir sa phrase et bloquer sa tête avec le même bras : geste inutile vu que les deux autre finir leur seau de peinture sur un des enfant et prirent la fuite. J'eus juste le temps de faire tomber l'un d'eux avec un croche-pied dû seulement à la chance, puis sans plus attendre je lui attrape vivement la cheville et le ramène vers moi. Je pense que c'est dans ce genre de situation que je regrette d'être petite, j'aurais peut être pus avoir le troisième que je regardais s'éloigner en courant tout en criant le nom d'une personne que je ne connaissais pas. Leur ''chef''' ? Aucune idée. Mais plus le temps de se soucier de lui, je devais m'assurer que les deux imbéciles en ma ''possession'' ne s’échapperaient pas. Je les fais tomber d'un coup allongés sur le ventre et m'assois sur eux deux en leur tenant leur tête fermement contre le sol. Les deux enfants battaient des jambes pour tenter de s'échapper ou de me donner un coup dans le dos, mais ça va, je ne risquait rien, assise sur leur dos. Puis je cris à Ariemm au cas ou elle ne l'aurai pas déjà fait :

- Euuuh !… Je crois que j'ai besoin d'un peu d'aide pour le dernier!

Je lança un que je voulais rassurant au trois gosses pleins de peinture et en pleure, sauf que ceux-ci durent avoir peur de moi et commençaient à s'éloigner ''discrètement''. Je les fixa incrédule et leur lança d'un ton froid :

- Vous aussi vous ne bougez pas.

Ceux-ci s'arrêtèrent net. Une chance qu'ils ne soient pas très intelligents non-plus. Qu'est-ce que j'aurais bien pus faire ? Rien. Ils auraient pus partir en prenant leurs jambes à leur cou, je n'aurais rien pus faire. Ou peut-être était-ils simplement obéissant ? Bref, ce n'était pas la question, mais les garder avec nous pourrai peut être nous aider. S'ils savaient où se trouver le repère des voyous ou d'autres informations importantes du genre… Je ne les lâchaient pas plus des yeux que je n’aplatissait la tête de mes deux prisonniers contre le sol à chaque fois qu'ils remuaient.
Je sais bien que mon action à été complètement nulle, mais sur le coup, rien d'autre de plus malin ne m'était vraiment venu à l'esprit. Et puis en laissant échapper un des trois malfrats, peut être que ça n'aura pas été une si grossière erreur ? J'espère qu'ils sont bêtes et qu'ils nous mèneront sagement vers le reste du groupe. Enfin, moi j'étais là, dans le plus grand calme du monde, assise sur deux enfants… Je pense qu'il n'était pas non-plus stupide de ma part d'empêcher les trois autre enfants à ne pas bouger. Ils faisaient un peu de peine à voir de le piteux états qu'ils étaient, couverts de peinture et en pleure… Mais ça donnait une image plutôt amusante, bien sur je me garda bien de rire… Le geste que j'avais fait était sans doute pas celui à faire, mais je ne m'en était pas si mal sortie que ça, à mon goût en tout cas… Qu'en penserai Ariemm ? Aucune idée, elle se moquera sûrement de moi ? Je ne sais pas… Et peu m'importe en-faite, tous ce qui compte c'est de pouvoir retrouver le reste du groupe.

HRP:
 


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 496
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil - 9:37
Akkami, après avoir ré-observé la scène, se mit à cogiter comme je ne l'avais encore jamais vu faire. Je la regarde, amusée. Moi, j'aurais sans doute foncer sans réfléchir à un quelconque plan stratégique. Je misais beaucoup sur mes capacités physiques et pour des mômes comme eux, aucun doute ne faisait sur le faite que j'aurais pu les rattraper tous les trois et les maîtriser avec l'aide de Sauvage. Pas besoin de réfléchir cent sept ans. Néanmoins, je n'ignorais pas le faite que la novice à la chevelure blanche faisait bien de réfléchir un peu. Examiner tous les scenarii possibles et agir en conséquence s'avérait utile lorsque les capacités et l'expérience ne pouvaient compenser. Mais il fallait aussi agir vite, de préférence avant que les trois pauvres enfants ne fasse dans leur slip. Après quelques instants, Akkami se retourna vers moi et souffla :

- J'y vais!

Toute la détermination du monde ressortait dans ses paroles et c'est avec satisfaction que je la regardais bondir dans la ruelle, rapide comme l'éclair. Je m'avance pour jeter un coup d'oeil à ce qu'il se passait. Je vis l'un des trois garnements lancer à ses acolytes un avertissement, mal à l'aise, mais Akkami était déjà sur lui. Je retins un "wow" admiratif devant la rapidité de ses mouvements. Habile, elle bloqua la tête de la sentinelle pour le faire taire. Un poil trop tard puisque les deux autres voyous s'empressaient de finir leur seau de peinture sur les trois victimes avant de prendre la fuite. Mince, je devais intervenir maintenant ! Si les deux parvenaient à s'enfuir, je pouvais dire adieu à mon jeu. Heureusement, Akkami parvint à en faire chuter l'un d'eux d'un croche-patte bien placé. Belle action. Elle l'attirait maintenant à elle, le trainant sur le sol comme une vulgaire serpillère. J'eus un petite rire discret devant cette scène que je trouvais on ne peut plus drôle et je me promis que, si l'occasion se présentait un jour, j’essaierais moi aussi une petite manoeuvre de ce genre. J'allai me jeter sur le troisième pour le forcer à rester un peu avec nous quand il fit exactement ce que j'avais l'intention de lui faire faire de force : il s'enfuit au travers le dédale de rue en criant un nom. Celui de leur chef, sans le moindre doute. Le grand de dix-neuf ans. Celui qui m'intéressait. Certes, il aurait été amusant pour moi de jouer le rôle de la truande en menaçant de mort deux de ses complices pour le forcer à nous amener son chef, mais je prenais volontiers sa naïveté qui garantissait le fait qu'il ne prendrait pas la fuite lâchement. Quand il fut hors de vue, je sorti à mon tour dans la ruelle. Akkami, qui maîtrisait toujours les deux autres voyous, assise sur le dos dans la technique d'immobilisation la plus humiliante qui soit me lança :

- Euuuh !… Je crois que j'ai besoin d'un peu d'aide pour le dernier !

Elle fusilla ensuite du regard les trois enfants, trempés de peinture et leur ordonna de ne pas bouger. Il obtempérèrent sans bronche. Quelle poigne de fer ! Pensais-je, amusée. Je pris mon temps pour arriver jusqu'à Akkami. Joyeuse, je sautillais avec légèreté tout en évitant les trace de peinture rouge au sol. Une variante des plus amusantes de jeu des pavés. Enfin, je m’accroupis tout prêt des deux enfants, écrasés sous Akkami. Ils se débattaient comme de beaux diables, criant et insultant à tout bout de champ. Je leur sourit et minaude d'un ton enthousiaste :

- Bonjour ! Auriez-vous l'obligeance de rester tranquille et de cesser de crier ainsi ?

L'effet fut immédiat : ils stoppèrent instantanément leur jérémiades et se figèrent, visiblement apeuré. Je me relève, tout en me demandant pourquoi ils semblaient me craindre autant. Etait-ce le grade de Capitaine, bien visible sur mon épaule ? Ou peut-être la vue de Sauvage, pour l'instant sagement accroché dans mon dos ? Peut-être encore avaient-ils eus vent de quelques uns de mes jeux ? Dans ce cas, ils ignoraient que je ne faisais jamais de mal aux enfants. Au même titre que mes soldats ou mes proches, je trouvais dommage de ne plus jamais pouvoir les voir, les sentir, leur parler ou rire avec eux juste pour quelques secondes de jeux. Je m'adresse enfin à Akkami, radieuse et impressionnée par ses prouesses :

- Bien joué ! Je suis bluffée par ta vitesse, vraiment ! Quand au troisième, je pense qu'il est suffisamment naïf pour nous ramener le reste de la troupe en espérant délivrer ses deux complices. C'est exactement ce que nous voulons, donc laissons-le faire. fis-je de ma voix flutée avec un clin d'oeil. Peut-être ne nous ramènera-t-il que le chef, s'il est un minimum intelligent, mais cela me convient amplement. Si on élimine le chef, alors les autres ne pourront plus faire grand chose et se tiendront à carreaux.

Je ris, impatiente de débuter la partie. Restait à savoir comment et par où allaient ressurgir les malfrats. Il m'aurait étonné de les voir revenir bien gentiment pour piailler "Maintenant, relâcher-les, ou ça va barder !". Non, les gamins des rues comme eux étaient bien plus rusés et vicieux. En même temps, avec leur mode de vie dangereux, les trop honnêtes se faisaient dévorer... Ils tenteraient sûrement de frapper discrètement et vite, leur spécialité. S'ils voulaient vraiment délivrer leur camarades, ils ne devraient pas tarder à rappliquer. Ne sachant pas exactement quels seraient les risques le moment venu, je préférai libérer Akkami de son obligation à rester assise sur ses deux prisonniers. Sans un mot, je dégaine mon katana et assomme les deux voyous d'un coup de manche.

- Tu peux te relever. Comme la troisième canaille est sûrement partie chercher du renfort, il faut mieux que tu sois prête à te défendre.

A peine avais-je finis ma phrase que l'air siffla sur mon côté gauche. Surprise, j'esquissai rapidement un mouvement sur la droite pour éviter le projectile qui venait de m'être lancé maladroitement. Je sourit en apercevant un fléchette plantée dans le sol devant moi. Un fléchette empoisonnée, sans aucun doute. Rien de plus vicieux que le poison : nos garnement était là. Je fis volte-face, juste à temps pour voir un grand garçon tomber sur moi, un poignard à la main et une sarbacane dans la ceinture. Je l'évitai de justesse avec un petit rire. Ca y était ! La partie commençait enfin ! J'examinais mon adversaire. Il était grand et bien bâtit, malgré sa maigreur. Il était sale et son regard noir me transperçait, disant tout de sa colère. Mais surtout, il avait dix-neuf ans. C'était leur chef, pas de doute. Il cracha, furieux :

- Ordure ! Je ne te laisserais pas t'en tirer comme ça après avoir toucher à mes frères !

Il ne semblait pas s'intéresser à Akkami pour le moment. Sa rage était entièrement porté contre moi. Il avait dû me voir assommer ses "frères" et cela n'avait pas du lui plaire du tout ! Je souris, ravie, et serre plus fort le manche de mon katana. Sa lame noire et argenté semblait vibrer d'impatience. Tout autant que moi.

HRP:
 




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil - 11:42
Ariemm vient vers moi en sautillant entre les tâches de peinture et les pavés du sol, elle ne cessera donc jamais de s'amuser? Enfin, si ça lui permet d'être toujours de bonne humeur! Je ne l'ai encore jamais vue en colère, et pour dire vrai, je ne suis pas presser de la voir se déchaîner... Ma Capitaine parut amusée par la fermeté de mes parole envers les trois enfant de "riches". Les deux autres aplatit sous mon poids ne cessaient de gesticuler en me lançant des insultes inutiles. Ariemm s'approcha d'eux et s'accroupit pour leur dire d'un ton enthousiaste:

- Bonjour ! Auriez-vous l'obligeance de rester tranquille et de cesser de crier ainsi ?

Ouf, voilà que les deux gamins des rues s'étaient arrêter de bouger en tous sens en criant. Ariemm à l'air d'avoir autans d’influence que moi sur les gosses, étrange vu que nous ne nous ressemblons en rien... Enfin bref, là n'était pas le sujet. Ariemm se releva et me félicita, contrairement à ce que je pouvais m'attendre:

- Bien joué ! Je suis bluffée par ta vitesse, vraiment ! Quand au troisième, je pense qu'il est suffisamment naïf pour nous ramener le reste de la troupe en espérant délivrer ses deux complices. C'est exactement ce que nous voulons, donc laissons-le faire.

Elle me lança un petit clin d’œil. Bien sur je ne lui montrai pas, mais ses paroles me rassurèrent, j'avais peur d'avoir tout raté, mais a parement, elle allait plutôt m'en vouloir de ne pas les avoir tout les trois attraper d'un coup. Mais non! Et je m'en réjoui. Elle continua avec son immortelle voix fluette:

- Peut-être ne nous ramènera-t-il que le chef, s'il est un minimum intelligent, mais cela me convient amplement. Si on élimine le chef, alors les autres ne pourront plus faire grand chose et se tiendront à carreaux.

"É... Éliminer!?" Je fus d'abord choquée d'entendre ça. Alors depuis le début, derrière son visage angélique, ma Capitaine ne pensait qu'à dérouiller le chef de cette bande d'idiots?! Il fallait avouer que le contraste de son physique et sa pensée était un peu... choquant... Après tout, c'est vrai, on ne sait pas comment réagiront les autres, s'ils deviennent violents, nous aussi devrons en venir à la violence. En intégrant la Guilde, je savais que je devrai me battre, mais je n'aurai jamais penser contre des enfants! Je sais qu'enfants ou pas, leur actes peuvent être tout aussi violents, mais je ne sais pas pourquoi, au fond, j'avais l'impression que j'allais infliger ce que Mère m'avait toujours infliger. Mais au contraire là, il y aurait une raison d'éliminer au moins le chef... Il a commis des actes interdis... Alors j’essayai de me convaincre avec cet argument.
Ariemm sort son katana et à l'aide du manche, assomme les deux prisonniers d'un coup sec. Je fus encore plus étonnée. "Mais Ariemm est un monstre! Non... Elle était obligée, je n'allais pas rester assise là toute ma vie non plus..." pensais-je. Ce n'est pas pour autans que je me leva, j'étais un peu trop abasourdie par son geste.

- Tu peux te relever. Comme la troisième canaille est sûrement partie chercher du renfort, il faut mieux que tu sois prête à te défendre.

Me lança-t-elle. Mais à peine avait-elle fini sa phrase qu'elle se décala soudainement à droite. Je n'avais pas tout compris, mais en voyant la fléchette à ses pieds, je me dépêcha de me relever des deux gamins assommés. "Waaah!! Ça tourne à la vinaigrette!" pensais-je complètement paniquée. Je gardais quand même courageusement mon visage froid. Si nos ennemis voyais que je paniquais, il me prendrai d'abord pour cible, et me sous-estimerai. Même si ça pourrait-être un avantage, je ne veux pas jouer sur ce genre d'effets subtils. Pas maintenant en tout cas!
Un grand garçon d'environ 19 ans sortit de sa cachette en crachant à Ariemm, un couteau à la main, et coincé dans sa ceinture, la serbe à canne qui avait envoyer quelques secondes avant un fléchette:

- Ordure ! Je ne te laisserais pas t'en tirer comme ça après avoir toucher à mes frères !

On ne pouvait plus douter, d'ailleurs je n'avais pas douter une seule seconde, ce type, c'était bien le chef de leur bande. Les choses venait de se précipité si soudainement! Je ne savais plus quoi faire, je n’eus que le réflexe de dégainer mon sabre. Ariemm semblait complètement excitée à l'idée de pouvoir enfin se battre, ce qui me fis un peu flipper d'ailleurs. Je n'arrivais plus à la reconnaître, elle avait beau garder son sourire, je ne la voyais pas vraiment pareil. Bref, le temps n'était pas de se poser des questions sur ma Capitaine.
Mes mains tremblaient, pas de peur non, mais je ne voulais pas tuer quelqu'un qui ne m'avais rien fais. Après tout, je comprend son geste, ainsi que celui de ses camarades, mais même si c'était interdis, je ne pouvais pas lui en vouloir. Combien de fois avions-nous voler avec Mya? Combien de fois avons-nous blesser des chasseurs car ils nous prenait "notre" nourriture? Je n'étais pas la personne la plus saine au monde, et il serai injuste de tuer cet enfant à cause de ses actes idiots! Je ne connais pas l'histoire d'Ariemm, mais vu son caractère, cela ne m'étonnerai pas qu'elle ai commis quelques infractions par le passé! Pourtant, tous ce qu'elle voulait actuellement, c'était se bastonner avec ce type. Je devais essayer d'empêcher ça! Je crois que je ne supporterai pas la vue du sang de ses enfants... Non ce n'est pas que j'en suis phobique, mais pour moi, prendre la vie de quelqu'un c’est uniquement en cas de danger total et qu'il n'y ai pas d'autre choix! C'est si facile de tuer quelqu'un, mais si difficile de s'en remettre... Je me souviens que Mya avait passer plus d'une semaine à vomir la première fois qu'elle avait tuer un cerf.
C'est sur que là, tuer cet enfant nous évitera bien des problèmes, mais qu'est-ce qu'il nous dis que les autres ne viendront pas se venger? Bien sur on saura les arrêter, mais je n'ai aucunement envie d'un bain de sang! Les mains de plus un plus tremblante, je finis par ranger mon sabre et resta plantée là. Le chef de ses malfrats avait déjà attaqué Ariemm et moi j'étais là, à ne pas bouger. Il ne s'intéressait pas du tout à moi... Devrais-je en profiter pour essayer d'éviter qu'Ariemm ne le tue? Oui, je devrai y arriver... Je me concentra un court instant sur sa façon de bouger et ses mouvements secs tout en déroulant mon fouet d'autour de mon épaule. Une fois que j'avais assimiler sa façon de se battre, je ne lâcha plus des yeux son couteau, j'allais essayer de le lui dérober. "C'était vraiment une chance qu'il ne me prenne pas pour cible." me dis-je. Puis sans plus attendre, je lança mon fouet en direction de son poignard. "Woops!!" Ce n'était pas le couteau que j’attrapai, mais bien le poignet de notre ennemis. Par reflex, j'avais tirer d'un coup sec sur mon fouet et le garçon n'attendais pas plus pour me foncer dessus, son poignard à la main. J'eus simplement le temps de faire un petit saut sur le côté pour éviter la lame de son couteau. J'enlevai directement la prise de mon fouet pour le lui relancer dans les jambes. Il trébucha dans une insulte. Je n'y allais pas assez fort, je n'arrivais à rien. Il fallait que j'y aille plus franchement si je ne voulais pas y passer! Je lui cria désespérément en évitant sans mal ses coups:

- Calme-toi ou nous serons obliger d'abrégé ta colère!

Je ne voulais surtout pas en venir là alors je devais me dépêcher, et ne pas agir inutilement. Je lâcha mon fouet et dégaina de nouveau mon sabre. Ma cible était fixée: le tendon de sa cheville. Si j'arrive à l'immobiliser, peut être qu'Ariemm ne sera pas obligée d'en venir à le tuer. Enfin j'espère... A mon grand regret, mais pas à mon étonnement, la garçon ignora mes parole et tenta encore et encore de me trancher la gorge avec son poignard. Ses gestes étaient secs et sûrs. Je les évitais pourtant sans mal. Puis dans une roulade pour passer dans son dos, j'abattis mon sabre derrière ses chevilles. Arrêtant net mon mouvement une fois les tendons sectionnés, je recule dans un bond et regarda mon adversaire jurer tout en s'affalant en se serrant les chevilles. "Mission 'coupage de tendons' réussite!" me dis-je fièrement. Puis je range calmement mon sabre et m'approche face à lui. Je lui fis un petit sourire désolé et m'avança vers Ariemm sans le perdre de vu, mais pour l'instant, il était hors d'état de nuire. Je dit à ma Capitaine calmement, un peu essoufflée:

- Que faisons-nous de lui? Il est hors d'état de nuire mais les autres peuvent venir à tout moment, ils ne représentent pas vraiment une menace mais bon... On ne sait jamais.


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 496
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Juil - 11:35
Emporté par sa colère, le grand garçon attaquait avec brutalité, laissant de nombreuses failles dans sa posture. Il était imprécis et ses offensives étaient si prévisibles et simples à éviter que s'en était presque frustrant. La partie aurait été achevée trop vite si j'avais décidé d'attaquer tout de suite, c'est pourquoi je me contentais pour l'instant d'esquiver en riant. Un coup à droite, un coup à gauche, parfois en arrière, cela faisait longtemps que je ne m'étais pas autant amusée. Mais Sauvage commençait à s'impatienter, il voulait lui aussi entrer dans le jeu. Surtout, je ne voulais pas que tout se termine trop vite. En ce moment, il était rare que j'ai l'occasion de pouvoir jouer de la sorte et je devais faire durer le plaisir, si je ne voulais pas avoir trop de regret après. J'allais donc commencer par une coupe horizontale, dans l'abdomen, quand le claquement d'un fouet retentit. Je vis l'étrange arme d'Akkami s'enrouler autour du poignet de mon adversaire, ce qui eut pour effet de le faire changer de cible. Rageur, il se jetait maintenant sur la jeune novice qui avait osé l'attaquer. Déterminé à en finir avec elle, il lança un coup mortel, droit vers son cou. Je me crispai, effrayée à l'idée qu'il puisse faire du mal à Akkami. S'il lui arrivait un quelconque malheur, tout serai entièrement de ma faute ! J'aurais dû prendre plus de précautions et l'envoyer chercher les autres voyous en attendant que je m'occupais du chef. De plus, elle était, sans doute involontairement, en train de me gâcher la partie ! Heureusement, j'avais sous-estimé son agilité. Elle évita d'un bond l'offensive mortelle avant de contre attaquer avec son fouet au niveau des jambes. Elle le fit trébucher et lui cria, avec une assurance qui me surpris :

- Calme-toi ou nous serons obliger d'abrégé ta colère !

Encore plus en colère de se faire tenir tête par une fille plus jeune que lui, le jeune homme se redressa gauchement et tenta de l'attaquer une nouvelle fois à la gorge. Tant pis pour la mise en scène, je devais protéger Akkami. Passer directement au bouquet final n'était pas si dérangeant, surtout si cela permettait à la novice de ma Guilde de rester en vie. J'allais bondir pour lancer ma coupe préférée quand Akkami se déroba une nouvelle fois et l'immobilisa par section des tendons. Il s'écroula dans la poussière et la peinture à demi desséchée en jurant, incapable de se relever. Quoi ? Et ma coupe oblique alors ? Comment allais-je faire à présent pour lancer migi kubi ? Impossible de la faire sur une personne au sol. Et quand bien même j'y parviendrai, le sang ne jaillirait pas de la même manière. Au lieux de s'envoler en une ravissante pluie de perles écarlate, seul une flaque se dessinerai au sol... Cela n'avait pas le moindre intérêt ! Akkami venait de m'arracher mon jouet des mains. Par Sêlin, pourquoi avait-elle prit autant de risques pour finalement ne réussir qu'à me gâcher mon plaisir ? Se rendait-elle compte de la frustration qu'elle m'infligeait ? Une idée me heurta soudainement l'esprit : ses actions étaient on ne peut plus réfléchies. Elle avait voulu m'empêcher de m'amuser. Je n'ignorais pas la raisons de ce comportement : pour les autres, tuer étaient la pire des choses. Pourtant, je ne comprenais toujours pas en quoi cela était dramatique... C'était agaçant, à la fin ! Faudrait-il donc que je m'assure d'éloigner tout mes compagnons de mission à chaque fois que je souhaiterais m'amuser ? Je ne voulais pas jouer en cachette, comme si je faisais une bêtise, alors que je ne faisais qu'honorer promesse et devoirs. Ne pouvaient-ils pas se réjouir du fait que j'ai la chance de pouvoir en tirer aussi un peu de divertissement ?
Akkami s'approcha du malfrat et lui adressa un petit sourire, comme une excuse, ce qui lui valu une nouvelle insulte colérique. Elle s'approcha ensuite de moi, tout en gardant à l'oeil son prisonnier. Je ne bougeais pas, la lame tristement propre de Sauvage pendant au bout de l'un de mes bras ballants. Tremblante, je le rengaine, essayant d'ignorer au maximum les grincements de frustration qu'il me semblait l'entendre émettre. Un peu fatiguée, Akkami demande :

- Que faisons-nous de lui? Il est hors d'état de nuire mais les autres peuvent venir à tout moment, ils ne représentent pas vraiment une menace mais bon... On ne sait jamais.

Je ne répond pas tout de suite, trop frustrée et déçue pour pouvoir dire quoi que ce soit à celle qui venait de me vexer ainsi. Je boudais, en quelque sorte, fixant Akkami d'un drôle de regard noir, où se mêlait beaucoup de frustration et quelques pointes d'amusement ineffaçable. Je n'arrivais pas à me remettre du faite que je n'avais même pas eus le temps de voir la couleur du sang de ce jeune homme. Je regrettais énormément de ne pas avoir pensé à éloigner Akkami de mon terrain de jeu. Mais comment aurais-je pu deviner qu'une simple novice oserait s'immiscer dans ma partie ? Elle n'avait fait aucun commentaire sur mon jeu, si bien que je doutais à présent de sa volonté de m'empêcher de jouer. Peut-être avait-elle simplement voulu montrer ce dont elle était capable. Je ne pouvait pas lui en vouloir pour cela. Je finis donc par croiser les bras, me consolant en pensant que je trouverais bientôt l'occasion de partir en mission solo pour m'amuser comme je le souhaitais :

- Rentrons ! Il patientera en prison avec ses deux frères, le temps de nous décidions ce que nous allons faire d'eux. soupirai-je de ma petite voix mélodieuse et joviale malgré moi. Inutile de pourchasser les autres pour l'instant. Et si jamais ils posent encore problèmes, même après la capture de leur chef, je sais que je peux désormais compter sur toi pour t'en charger. finis-je dans un clin d'oeil.

Akkami avait beau m'avoir gâcher mon jeu, je n'en restais pas moins admirative de ses capacités. Elle avait su faire preuve de courage, d'agilité et de rapidité, mieux que je n'aurais jamais pu imaginer. Elle s'était bien trop sous-estimée en voulant accomplir sa première mission accompagnée. Elle aurait triompher tout aussi bien en étant avec seulement un ou deux autres novices. Je m'approche des deux mômes assommés pour les hisser sur mes épaules. Nous aurions sûrement besoin d'un peu d'aide pour les ramener...




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orchedin  :: Orchedin :: Quartier Est :: Dans les Quartiers Est-
Sauter vers: