Vous avez une ville à protéger ! Rejoingnez votre Guilde et plongez dans l'aventure qui vous attend au sein de celle-ci !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Nacastal :: Premier Etage :: Dortoir Soldat Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Soirée arrosée [Privé Lenn/Ayka]

avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 203
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Sep - 1:23
Le dos calé contre le mur froid, à demi-allongé sur ce matelas posé à même le sol ; je regardais devant moi, les yeux dans le vague, tandis qu'Athann peinait à reprendre son souffle après m'avoir narré son récit. Il reprit de plus belle, mâchant ses mots, se perdant dans sa propre histoire. J'écoutais d'une oreille distraite et riais avec lui quand il s'esclaffait.

Retourner dans le dortoir des soldats étaient pour moi un pur bonheur, étrangement. Ma chambre de capitaine était confortable, propre et silencieuse. Ici, on se marchait quasiment dessus, je sentais le sol sous le matelas trop fin et la pièce dégageait une odeur de sueur et d'alcool. Pourtant, revenir ici me rendait nostalgique et c'était avec amusement et plaisir que je retrouvais toutes les sensations de vivre en communauté. A coup de grosses tapes dans le dos, de choppes qui s'entrechoquaient, on se prouvait qu'on était un groupe soudé, que l'on pouvait compter les uns sur les autres.

Dans ma chambre, je me retrouvais bien trop souvent face à la solitude et à mes peurs. Ici, j'avais l'esprit occupé par tout les commérages, les rires gras, une solidarité qui me faisait vibrer. J'étais jeune et voir leur capitaine en leur compagnie, quelques soirs, ne les étonnait absolument pas. Ils s'y étaient habitués, nous étions familiers. Ces soirées-là, il n'y avait plus de grade apparents. Nous étions des amis, des frères.

Chacun oubliait à sa façon la difficulté du métier. Certains jouaient aux cartes, d'autres chantaient, le reste buvait. Athann était toujours heureux de pouvoir me raconter sa ou ses missions de la journée dans cette ambiance de fraternité. Soudain, il se tut, pratiquement essoufflé.

- Je vais faire un tour dehors, me dit-il dans un soupir alcoolisé.

J'hochais la tête, je l'attendrais ici. Je le regardais partir en silence, me demandant s'il parviendrait à descendre convenablement les escaliers avec cette démarche hésitante. Je fermais une seconde les yeux, j'avais un peu mal à la tête dans ce brouhaha. Mais pour rien au monde je serais monté dans ma chambre.

Je connaissais Athann, mon ami de toujours, je savais où il irait "faire un tour". Il se rendrait dans quelques bars, accosterait probablement quelques jeunes filles et qui savait vraiment quand est-ce qu'il rentrerait. J'avais tout mon temps et commençais à me réinstaller sur le lit de mon ami, dans l'espoir de trouver une position moins douloureuse.







Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Timide
Messages : 36
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Sep - 17:25
(c'est mon premier RP avec quelqun de Nacastal!! ) Je sais pas trop comment tu voulais que je réponde mais j'espère que ça ira...  


-Mais qu'est-ce que t'en sais? T'es qu'un pauvre imbécile, comment peux-tu prétendre y connaitre quelque chose? hurlais-je à la tête du soldat qui me regardais à présent avec stupeur.

Il n'étais pas beaucoup plus vieux que moi et jusque là, je tolérais sa présence mais il avait dépassé les bornes. "Les deux guildes ne sont-elles pas faites pour s'entre-aider?" Et puis quoi encore! Sa voix niaise m’exaspérais et je me demandais par quel miracle j'avais réussi à le supporter. Qu'il en soit, si il daignait rester une seconde de plus, sa jolie petite tête en assumerais les conséquences...
Je me rassit, ou plutôt me lassais tomber sur mon siège pour tenter de retrouver mon calme. Plusieurs personnes s'était retournées lorsque j'avais élevé la voix. Je leur jetais un regard assez noir pour qu'ils comprennent que le spectacle était fini. Mes yeux tombèrent sur un jeune homme au fond de la pièce que je ne reconnu pas tout de suite. Les chopes que j'avais descendues devait sûrement y être pour quelque chose... Je me figeais en découvrant le capitaine. Il avait du entrer lorsque je bavardais joyeusement avec l'autre abruti qui était à présent en train de ronchonner avec d'autres crétins. Et ce n'était d'ailleurs pas ce qui manquais ici. Je poussais un long soupir, en plus de la puanteur, ces imbéciles faisaient un boucans de tout les diables.
Je mis plusieurs secondes avant de me rappeler que j'avais commencé une partie de carte avec des soldats. Et ils attendais passivement que je joue. Je tirais donc une carte au hasard de mon jeu et la déposait sur le tas devant moi. Mes yeux se refermèrent pour avoir un peu de répit et je j’appuyais ma tête contre le mur, tout en pensant à mes sœurs. Je ne dormait habituellement pas dans les dortoirs de la guilde, préférant de loin rentrer chez moi, mais ces dernier temps je m'étais bien engueulé avec mon grand-père, et donc avec ma mère. Elle ne supportait pas que l'on disent quoi que se soit de son père. Même la vérité...  Cela faisait donc quelques temps que je n'avait pas revu mes deux petites sœurs. Il faudra que je passe les voir, si je veux que Näe ne me fasse pas la tête durant les dix prochains siècles à venir... Et il faudra que je câline Naïu en lui chantant une berceuse pour espérer sécher ses larmes.

-Eh! Gamin, c'est à toi! Me lança le soldat à ma gauche

Je rouvris les paupière en sursaut et pour toute réponse regardais mon interlocuteur d'un œil mauvais. Je jouais puis laisser vagabonder les diverses pensées qui m'assaillait.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 203
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Sep - 18:38
Je ne faisais pas vraiment attention à ce qui m'entourait. La bouteille presque vide qu'Athann et moi partagions avant son départ roulait près de moi et semblait m’appeler. Mais je me montrai raisonnable, ma tête tournait déjà assez comme ça. Le bruit et l'odeur commencèrent à devenir désagréable mais je savais que la nuit, l'épuisement et les ronflements revenaient prendre possession des lieux. Il fallait dormir pour rester efficace le lendemain.

Alors que je l'ennui me gagnait, une voix masculine s'éleva dans le dortoir et imposa un silence de quelques secondes.

- Mais qu'est-ce que t'en sais? T'es qu'un pauvre imbécile, comment peux-tu prétendre y connaitre quelque chose?

Je me redressais, espérant que cette insulte n'entraînerait pas une bagarre. Je n'avais pas entendu ce qui avait provoqué chez ce soldat une telle aversion. Mais ça ne m'intéressait pas. Le garçon s'était levé pour se faire impressionnant et c'était plutôt réussi. Son interlocuteur retourna grommeler un peu plus loin. Je reconnus le jeune soldat en posant sur lui un regard calme, mais curieux. Ayka, seulement un an de moins que moi. Ayka Mostralin, plus exactement.

Ce n'était pas "n'importe qui", membre de la populaire famille Mostralin. Pour moi, il restait un soldat, je ne m'étais jamais senti influencé par ce genre de titre. Mais c'était un bon élément, j'en avais conscience. J'avais eu vent de son attitude parfois limite et de son hostilité envers la Guilde d'Avelann. J'eu une pensée pour Ariemm, avait-elle déjà croisé son chemin ? Si oui, j'espérais qu'il avait gardé son ressentiment au fin fond de son cœur et avait fait bonne figure. Mais j'en doutais...

Je croisais les bras derrière ma nuque, un petit sourire aux lèvre. L'alcool aidait mais j'étais amusé par ce jeune homme. D'un côté, j'aimais son air rebelle. Il ne se laissait pas faire et c'était un comportement admirable. De l'autre, je restais sur la réserve. Ce genre de personne avait le don de me fatiguer très rapidement, moi qui suis d'une nature si calme.

- Eh ! Gamin, c'est à toi ! L'apostropha un joueur de carte.

"Gamin", combien de fois m'avait-on appelé de la sorte ? Et nous n'avions qu'une année de différence. Je me sentis vexé. A l'origine, je serais passé outre ce genre de chose, mais j'avais envie qu'il se révolte une seconde fois. Mais il joua, perdu dans ses pensées. Je me levais, peut-être avais-je trop bu. Peut-être n'était-ce pas une bonne idée. Mais je n'en fis rien et me traînai jusqu'à eux, enjambant les matelas, les choppes et les jeux de cartes. Je m'assis en tailleur entre Ayka et un autre homme et, ignorant les regards interloqués, je lançais au petit groupe :

- Un autre gamin peut se joindre à vous ?

C'était provocant, j'en avais conscience. J'espérais ne pas me ridiculiser.

- Bien sûr Cap'taine, prenez vos cartes !

- Je vous en prie, finissez votre partie. L'observation fait partie du jeu.

Athann m'avait initié aux cartes à l'âge de quinze ans et je n'avais jamais été très connaisseur dans le domaine. Mais je me défendais plutôt bien. Ils reprirent leur jeu et je jetais un coup d'oeil à Ayka. J'avais envie de l'approcher mais pour l'instant, la seule chose que l'on partageait était l'odeur imbibée de sueur de l'homme à côté de nous.







Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Timide
Messages : 36
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Sep - 19:03
Je regardais à présent le capitaine avec une certaine surprise, que je ne cherchais d'ailleurs pas à cacher. Un soldat se décala pour qu'il puisse s’assoir.

-Un autre gamin peut se joindre à vous ? Demanda le capitaine sans préalable.

Il paru un moment incertain, puis se détendit lorsqu'on lui répondit:

- Bien sûr Cap'taine, prenez vos cartes !

- Je vous en prie, finissez votre partie. L'observation fait partie du jeu.

Je poussais un soupir discret. Le capitaine venait-il de prendre ma défense? Je ne le connaissais pas vraiment mais j'avais un profond respect pour lui. Lui qui, à la différence d'autre, avait obtenu sont statut aux prix de nombreux efforts. Alors, si il me protégeait je ne le prendrais pas comme un compliment. C'était peut-être stupide, mais je n'était pas un pro de l'entre-aide. De plus, la bière n'arrangeait pas les choses. J'avais les idées brouillées et l'esprit désespérément vide. Mes cartes tombaient au hasard sur la pile et je ne savais même pas qui menait la partie. Je fixais le capitaine d'un œil blasé. Ses yeux turquoises semblaient accrochés sur un horizon lointain. Je posais ma dernière carte et me tournais franchement vers lui.

-Alors quoi de neuf, mon cher Lenn? Tu viens te bourrer la gueule avec nous? Lui lançais-je avec un sourire étrange au bord des lèvres.

La politesse avait littéralement disparue de mon esprit, ou du moins semblait elle faire la fête avec l’alcool pour le moment. Je rougit légèrement en prenant soudainement conscience de ce que je venais de dire, en priant pour que le capitaine -et les autres soldats- ne s'en rende pas compte. Je me tournais vers le jeu et m’empressai de rassembler les cartes pour les mélanger. Faire ce geste familier m’apaisa, et mon visage repris peu à peu contenance. Je fis défiler les cartes et distribuais à la volée avec une facilité qui en étonnera plus d'un. Je faisais ces mouvement depuis que je savais plus ou moins utiliser mes mains.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 203
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Sep - 16:14
Ayka posa sa dernière carte, mettant ainsi fin à la partie. Il se tourna vers moi et rien que d'un regard, je compris qu'il avait eu la main lourde sur l'alcool. J'espérais que ça ne lui porte pas préjudice.

- Alors, quoi de neuf, mon cher Lenn? Tu viens te bourrer la gueule avec nous?

Je me figeais quelques secondes en le regardant, surpris. Je ne m'attendais pas à ce qu'il m'adresse la parole de cette manière. Je le voyais plus noble, mais je mis ça sur le compte de la bouteille. Pourtant, ma première impression n'était pas très agréable. Très vite, il sembla gêné de ce comportement et je décidai d'oublier l'incident. Je ne répondis donc pas, me contentant d'afficher un sourire poli. D'une main connaisseuse, il mélangea le jeu et distribua rapidement les cartes, d'une technique que j'avais déjà vu mais jamais réussi à réaliser. Je regardais mes cartes s'empiler et attendis que mon jeu soit complet pour les faire glisser sur sol, au creux de ma paume. Je pris connaissance de mes cartes et collai un sourire narquois sur mon visage. En vérité, je n'avais jamais été chanceux et cela se ressentait encore ce soir.

- Je suis prêt.

Nous étions cinq, pour être exact. Ayka, deux hommes et une autre femme, plus discrète. Pourtant, je devinais à sa posture et à sa manière de jouer qu'elle était une habituée de ce genre de soirée. J'étais heureux de voir que la masculinité n'étouffait pas la minorité féminine. Je jouais à mon tour, je me faisais moi-même de la peine au fur et à mesure où mon paquet s'allégeait. Les autres joueurs récupéraient leurs cartes d'un air triomphant et bourru. Je regardais Ayka à la volée, me demandant s'il s'amusait sincèrement ou s'il aimerait se trouver ailleurs. A la fin de cette partie qui était pour moi une défaite cuisante, je ne voulais plus jouer. Je lui donnai un léger coup de coude, m'adaptant à son comportement familier avec moi et lui glissai :

- On se partage une dernière bouteille ?

C'était une autre manière de lui proposer une quelconque discussion entre nous deux et ainsi apprendre à mieux se connaître. J'aimais être proche de mes soldats. Parfois, je ne ressentais aucune affection et dans ce cas, je me contentai de rester poli tout en étant distant. Mais parfois, le courant passait bien. A voir si c'était le cas avec Ayka.







Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Timide
Messages : 36
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 19:16
- Je suis prêt. fit le capitaine

La partie débuta et je dus me rendre à l'évidence: il y avait pire que moi concernant les jeux de cartes. Le capitaine perdit déplorablement, quand à moi je fini troisième! Pas de quoi se vanter, mais je considérais que j'avais un peu progressé. En dépit de mon niveau qui laissait à désirer, j'aimais jouer au cartes, du moins quand je n'avais vraiment rien d'autre à faire -ce qui était naturellement le cas. Cela me permettais de me focaliser sur quelque chose de concret et me faisait oublier le reste. Enfin, fallait-il que je n'ai pas trop abusé de l'alcool, car je n'avais pas l'esprit très clair... La cacophonie des soldats commençais à m'horripiler de plus en plus, et je ne savais pas comment je faisais pour rester en la compagnie de brailleurs pareils.

A la fin de la partie, le capitaine me donna un petit coup de coude -qui suffit cependant à me déstabiliser.  

- On se partage une dernière bouteille ? Me demanda Lenn sur un ton qui laissait penser qu'il voulait parler.

Je le fixais avec un étonnement non feint quelques secondes avant de me décider à répondre, après avoir attendu que mon voisin finisse de me beugler dans les oreilles.

-Mais avec joie, mon capitaine! Dis-je avec un sourire apaisé.

Je me levais péniblement et cherchais un coin où nous pourrions parler sans être interrompu brutalement par des jurons qui sentait fort l'alcool. Je fini par dénicher un endroit désert de quelque mètres carré, avec en prime un matelas pour s'assoir. J'avais l’impression que l'on m'avait planté des lames dans le moindre de mes muscles, aussi je me dirigeais tant bien que mal vers la place repérée. Je me mouvais cependant avec le plus de fluidité possible, ne voulant point montrer à tous que je peinais à marcher. A dire vrai, je venais de finir un chef-d’œuvre divin sur les murs du quartier sud. Il était donc normal qu'après un exploit aussi sublime, je me sente épuisé.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 203
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Sep - 14:42
- Mais avec joie, mon capitaine !

Je me surpris à bondir sur mes pieds, comme un enfant à qui on cédait un caprice. Je le suivis à travers la pièce et m'offrit un pan de matelas, mais après avoir essayé dix positions différentes, aucune ne me convint et je me glissais dans un creux, les jambes en tailleur.

Je dévisageai discrètement Ayka tandis qu'il s'installait. Ses yeux noirs reflétaient une légère fatigue qui ne m'échappait pas. Mais sa chevelure enflammée le rendait vivant et éclairait, d'une certaine façon, son visage fermé. Plus petit que moi, ce qui était ma foi devenu une habitude, il paraissait plus enfantin à côté de certains soldat dont les muscles saillaient. Pourtant, je n'avais qu'à observer la fluidité de ses mouvement pour comprendre que ce n'était qu'une apparence.

- Tu n'as pas l'habitude de passer tes nuits ici, n'est-ce pas ?

Premièrement parce que je passais régulièrement ici pour passer du temps avec mes amis et que je ne l'avais jamais vu. Il n'y avait pas de deuxièmement, c'était seulement un ressenti.







Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Timide
Messages : 36
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Sep - 16:13
Désolé si j'ai mis autant de temps à répondre, j'ai eu pas mal de trucs à faire

Je m'assis le plus précautionneusement possible en retenant mes dent de grincer, et levais la tête vers le capitaine qui peinait à trouver une position acceptable. Lorsqu'il fut enfin calé, il plongea ses élégants yeux verts au reflets bleutés dans les miens.

- Tu n'as pas l'habitude de passer tes nuits ici, n'est-ce pas ?

Je ne pu m’empêcher d'éprouver une certaine curiosité, le capitaine venait-il souvent ici? Ou alors on voyait à des kilomètres à la ronde que je n'était pas vraiment à mon aise... Je me tordis nerveusement les doigts, en tentant de trouver les mots justes pour expliquer ma situation pour le moins... compliquée.

- Eh bien, disons que j'ai des petits problèmes familiaux... Finis-je par lui répondre. Donc je viens ici pour décompresser.

Et aussi régler quelque petites affaires, pensais-je en songeant à mes exploits. Dormir à la guilde me permettait de faire mes petites excursions nocturnes sans éveiller le moindre soupçon. Mais peut-être que le capitaine avait remarqué quelque chose? Je déglutis avec difficulté, tentant de me calmer en gardant un visage de marbre. Non, j'ai pris toutes les précaution nécessaires. Personne n'est au courant que je suis dans l'affaire.

-Et... J'hésitais une fraction de seconde avant de me décider à le tutoyer, après tout il voulait parler. Toi, tu viens souvent? L'ambiance est toujours comme ça? A vrai dire ça me change de chez moi... Dis-je en restant évasif, ne tenant pas vraiment à parler de ma personne. Et les cartes sont pas tes plus grandes amies on dirait. Tu voulais me parler de quelque chose?

Je lui souris, failli lui poser une autre question et m’arrêta juste à temps en me rendant compte que je ne lui laissait pas le temps de répondre. Si mon visage n'était pas déjà rosi par l'alcool, je serais devenu comparable à une tomate. C'était bien la première fois que je perdais mes moyens aussi facilement.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 203
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Oct - 19:09
Ayka fit allusion à des "problèmes familiaux" et ce terme me renvoya à une époque où je pouvais encore me soucier de ma propre famille. Mais très vite, et l'alcool aidant, un sourire balaya ma mine sombre. Pour décompresser ? Sa situation familiale était-elle aussi terrible, ou peut-être ne me faisait-il pas part de tout ses soucis.

- Toi, tu viens souvent? L'ambiance est toujours comme ça? A vrai dire ça me change de chez moi...

De nouveau, il insista sur le fait que, chez lui, l’atmosphère était invivable. Je regardais autour de moi. Si les soldats aimaient se détendre de manière très bruyante, quand l'heure de dormir arrivait, personne ne rechignait. Tous savait l'importance d'une nuit réparatrice et, j'en étais réellement fier, tous respectait les besoins de l'autre. Les cris commençaient à s'éteindre, les bouteilles à se ranger dans les nombreux cartons. Jamais encore on ne s'était plaint de problèmes dans les dortoirs. Les soldats les plus calmes passaient leur soirée dans la salle commune puis venaient quand l'ambiance était apaisée et propice au sommeil. Souvent, les lieux s'échangeaient et c'était de sous la porte de la salle commune que s'échappaient cris et rires. Et, si jamais un groupe de soldat venait de passer une journée effroyable, le respect et l'entraide balayaient l’esprit fêtard et alors tout le monde se couchait. Ce système fonctionnait bien avant ma nomination en tant que Capitaine et j'en étais satisfait.

- Et les cartes ne sont pas tes plus grandes amies on dirait. Tu voulais me parler de quelque chose?

J'esquivai le sujet des cartes où, je le savais, j'allais me ridiculiser si j'essayais de me défendre. Oui, j'étais et je serai toujours mauvais avec des cartes en mains. Lui parler ? Ah oui, l'invitation venait de moi, je l'avais presque oublié.  

- Ayka Mostralin, je me trompe ? A mon avis, personne ne doit se tromper sur ton nom.

Nul sarcasme le ton que j'employais, seulement une pointe d'amusement. C'est vrai, il n'avait pas eu besoin de prouver quoique ce soit que les gens dans la rue le reconnaissait. Sa naissance avait été source de discutions, débat, curiosité...tandis que la mienne s'était passé dans la plus grande des discrétions, au fin fond d'une ferme. Avant de lire mon nom sur les lèvres des Orchediens, il m'avait fallu ambition, effort et persévérance. Nous étions si différent, tant de choses nous opposaient. J'ignorai si son style de vie aurait pu me tenter étant petit. Aujourd'hui du moins, je savais qu'une carrière discrète était parfois plus prudente.

- Il me semble que je n'ai accompli aucune mission à tes côtés, tu préfères les missions en solitaire ou c'est seulement une coïncidence ?

J'eu un sourire, ce jeune homme m’intéressait. J'ignorai pourquoi mais j'avais la sensation qu'il y avait quelque chose à découvrir. Et malgré moi, j'étais curieux.

- Quoiqu'il en soit, les missions rapprochent, tout le monde sait ça. Je suis actuellement sur une affaire, que dirais-tu de m'accompagner ?

Je fis une pause, je venais de lui faire une véritable proposition et peut-être que je m'emballai un peu trop vite. Je pris le temps de réfléchir. Malgré son haut statut social, il n'était pas soldat depuis si longtemps que ça. Je pouvais lui offrir une chance de prouver ses facultés face aux plus grands comme mes lieutenants. J'espérai lui faire plaisir en plaçant en lui un début de confiance.







Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Timide
Messages : 36
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Oct - 11:47
Lenn parut un instant plongé dans une grande réflexion, puis tourna à nouveau la tête vers moi.

- Ayka Mostralin, je me trompe ? A mon avis, personne ne doit se tromper sur ton nom.

Je ne pu m’empêcher de sourire, en effet peu était ceux qui ne me reconnaissait pas, et pour être franc cette réputation me plaisais assez. Ou plutôt le fait que quelqun ne sache pas qui je suis m'irritais au plus haut point. Je laissais échapper un petit rire qui sentait l'alcool.

- Il me semble que je n'ai accompli aucune mission à tes côtés, tu préfères les missions en solitaire ou c'est seulement une coïncidence ? me demanda-t-il, en souriant. Quoiqu'il en soit, les missions rapprochent, tout le monde sait ça. Je suis actuellement sur une affaire, que dirais-tu de m'accompagner ?

Je mis un moment à prendre conscience de ce que Lenn venait de me dire et le fixa un moment d'un regard vide. Le capitaine veux que je l'aide pour une mission?! Une joie incontrôlable s'empara de moi.

-Euh... Une mission, et bah... Je rougi énervé d'avoir bafouillé. Je repris contenance et fini par demander: Et en quoi elle consisterai?

En y repensant cela faisait assez longtemps que je n'avais pas été en mission, pour la simple raison que toutes celles que l'on m'avait proposé récemment était déplorablement ennuyeuse. Je les avait donc aimablement donnés à d'autres soldats.
Mais si Lenn me proposait une mission, je ne pouvait refuser. De plus, il m'offrait une possibilité de faire mes preuves, et ainsi de monter en grade. J'attendis qu'il me réponde, tout en essayant de concevoir une mission avec un capitaine, ce qui n'était pas chose aisée pour moi. J'avais l'habitude de faire des mission solo, ou dans le cas ou j'étais contraint de faire équipe, donner des ordres. Donc me retrouver avec Lenn impliquait devoir obéir, et ce n'était pas vraiment dans ma nature.

-Mais c'est grave pour que tu demande de l'aide d'un soldat? Demandais-je pour me vider de mes idées parasites.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 203
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Oct - 13:26
Ma proposition provoqua chez Ayka une joie insoupçonnée.

- Et en quoi elle consisterait ? Me demanda-t-il

Cet endroit n'était pas le meilleur lieu pour lui faire part de cette mission. De plus, je venais de penser à quelque chose qui me bloquait. Ariemm était ma partenaire, sur cette affaire. Et pour cause, elle nous concernait tout les deux, ou presque. Ayka et elle appartenaient à une famille conservatrice et, même si j'avais du mal à penser qu'elle serait prête à tout pour défendre la sienne, Ayka était un garçon bien encré sur ses positions. J’espérai qu'il n'y auraient pas d'étincelles. Peut-être me faisais-je des idées, peut-être s'entendaient-ils bien. Qui sait vraiment ?

- Mais c'est grave pour que tu demandes de l'aide d'un soldat ?

J'hochai positivement la tête. Oui, ça l'était. Du renfort serait apprécié.

- Demain, avant l'aube, je te veux dans la cour. Tu as exactement cinq heures pour dormir, je compte sur toi !

Tout ça devait lui paraître bien mystérieux. Je me levais, lui souhaité une bonne nuit, et sortis du dortoir. Je croisai Athann en montant dans ma chambre et lui priai de veiller à ce que les dortoirs soient silencieux. Après avoir échanger une accolade, on se sépara.
Ce soir, je m'endormis après et seulement après m'être juré de venger mes novices.







Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ayka
Timide
Messages : 36
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Nov - 16:45
Le capitaine parut un instant indécis mais fini par plonger ses yeux bleus dans les miens, l'air grave. Il hocha la tête et déclara :

- Demain, avant l'aube, je te veux dans la cour. Tu as exactement cinq heures pour dormir, je compte sur toi !

Puis il se leva et après m'avoir souhaité une bonne nuit, parti tout simplement me laissant à mes questions. Je restais un moment hébété encore étourdi par l'alcool les yeux dans le vague. Mes mouvements retentissaient et je sentait le sommeil me gagner peu à peu. Dans la pièce tout les soldats dormaient et le calme était revenu. Je résistait encore puis fini par fermer les paupières et me glisser vers des rêves brumeux.

HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orchedin  :: Nacastal :: Premier Etage :: Dortoir Soldat-
Sauter vers: