Vous avez une ville à protéger ! Rejoingnez votre Guilde et plongez dans l'aventure qui vous attend au sein de celle-ci !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Personnages :: Journal de Bord Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Journal, notes ou mémoires d'Alexandriël

avatar
Alexandriël
Habitué
Messages : 78
Date d'inscription : 16/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Oct - 20:41
Notes du soldat Alexandriël, de la Guilde d'Avelann.




Non daté






J'ai l'habitude de veiller, plus ou moins longtemps, le soir et une partie de la nuit. Je faisais cela autrefois, dans mon village d'origine, auprès de ma sœur aînée; et quelques fois, auprès de Mickaëlle, la jeune femme dont je suis tombé amoureux.  Ma grande sœur, surtout, aimait veiller, aussi nous avions souvent des nuits durant lesquelles ma sœur cousait, tandis que nous parlions, à la lueur du feu. Je m'égare dans mes souvenirs; mais au moins, ce sont des choses que je n'ai pas oubliées.

Aujourd'hui, je suis loin de ma famille et de Micka. Je pense que ma sœur veille toujours ainsi la nuit, aussi, lorsque je reste éveillé, à Orchedin, à écrire près du feu, dans la salle commune d'Avelann, je me sens un peu relié à elle. Elle aussi regarde certainement danser les flammes dans l'âtre.


Parfois j'écris sur des feuilles que je brûle ensuite, pour que nul, pas même moi, ne relise les pensées que j'ai écrites. Mickaëlle avait coutume de faire de même, lorsqu'elle écrivait ses pensées pour y voir plus clair, elle ne conservait pas ses mots. Un jour j'ai retrouvé un fragment d'une feuille qui n'avait pas brûlé; c'est ainsi que je l'ai su. Elle s'en est aperçu et m'en a voulu; je dois dire que je n'aurais pas du avoir la curiosité d'ouvrir ce morceau de papier à demi consumé et de lire les mots qu'il contenait. Aujourd'hui, je ne me souviens pas même de ce qui était écrit précisément; je sais seulement que cela me concernait.

À présent, je me retrouve une fois de plus à écrire près du feu. Mais cette fois, j'ai décidé que je conserverais certaines de mes notes. Je veux me souvenir de ce que je vis, désormais. Si un jour ma mémoire devait à nouveau être altérée, je veux pouvoir replonger dans ces écrits et y retrouver en partie ce qu'était ma vie à Orchedin.

Je laisse ma plume, et ces pages, que j'ai cousues entre elles pour en faire une sorte de livre - car oui, je sais coudre, avec moins d'habileté que ma soeur, cependant. Mes yeux se ferment tout seuls, peut-être continuerais-je d'écrire demain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandriël
Habitué
Messages : 78
Date d'inscription : 16/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Oct - 10:49
22 Octobre


Akkami. C'est le nom de cette jeune fille que j'ai rencontré. Il y a quelques temps de cela déjà, mais je ne l'avais pas encore écrit entre ces pages. Elle est, comme moi, l'un des soldats de la Guilde d'Avelann. Je ne saurais dire ce que je ressent à son sujet. Ça me laisse perplexe. C'est trop vaste et je suis démuni. Cette place n'était pas prise dans mon cœur, et j'ignorais qu'il y manquait quelqu'un. A présent que je l'ai découverte, je le réalise, qu'il y avait une place pour elle. Akkami est plus jeune que ma petite sœur, puisque ma petite sœur a aujourd'hui vingt et un an, et Akkami a seulement environs seize ans, je crois. Mais les mots qui définissent le mieux ce que je ressent pour elle, je crois, c'est cela : j'éprouve pour Akkami une affection fraternelle.

Nous nous sommes rencontrés à la bibliothèque. Au départ, c'est d'autres soldats d'Avelann qui m'ont conseillé d'aller la trouver; parce que j'avais découvers un poignard dans la cour, sur lequel était gravé un « A ». Les soldats m'ont dit que peut être cela lui appartenait. C'est ainsi que je suis allé vers elle, juste pour lui demander si cette arme était à elle; mais en fait, je ne sais comment, nous avons commencé à parler un peu ensemble elle et moi.

Depuis, je l'ai croisée de temps à autre, de loin, dans la Guilde d'Avelann, et j'en était à chaque fois heureux. Nous n'avons pas eu, pour l'instant l'occasion de discuter à nouveau. Le voudrait-elle ? De mon côté, ça me plairait. A vrai dire, j'ai l'impression de revivre quand je vois ne serais-ce que l'ombre d'une mèche de ses cheveux de neige. Parce que oui, ses cheveux sont à l'image de ce qu'elle est; ils sont immaculés.

J'ai vraiment beaucoup aimé faire sa connaissance, et être à ses côtés m'a fait beaucoup de bien. En fait, je connais peu Akkami, je n'ai pas eu le temps de parler beaucoup avec elle. Je ne sais pas vraiment ce qu'a été son passé, par exemple. Malgré ça, je me suis attaché à elle, très vite. Je n'irais pas jusqu'à lui dire cela de vive voix, mais elle m'a vraiment attendri. Je me sentais bien pendant tout le temps où j'étais avec elle; et de mon côté, je lui ai confié, assez maladroitement, une partie de mon histoire, et je lui ai même dit que mon esprit avait changé depuis le jour où j'ai été blessé et où j'ai fait cette chute. Je crois que cela l'a stressée que je lui dise cela, et elle a craint de m'avoir fait mal, parce que je m'étais rappelé mon passé. Alors j'ai tenté de la rassurer, et un peu plus tard, elle a pris ma main, et m'a dit que j'étais courageux. Je n'ai pas l'habitude que l'on ait de tels gestes envers moi, ni que l'on me regarde ainsi, mais je lui ai laissé ma main un moment avant de m'échapper, et je ne le regrette pas. J'ai senti que des sentiments affectueux pour elle s'enracinaient dans mon cœur. Je me suis même senti un peu possessif, et je sais que je ne dois pas. Enfin, toujours est-il que je ne sais comment dire toutes ces émotions. Je m'effraie de voir à quel point je me suis attaché à elle, en si peu de temps. Je souhaite que Dieu nous permette de passer à nouveau du temps ensemble bientôt. Je ne pensais pas que je pourrais aimer une fille autre que Mickaëlle ou que mes sœurs, et autant, mais c'est ainsi.

J'ai ressenti le désir de l'aider et de la protéger, et à présent que ce sentiment est né, il ne s'éteindra pas. Désormais, si un jour elle a besoin de moi, mes forces, quelles qu'elles soient, lui appartiennent. Ce n'est pas rien, de penser et d'écrire cela, mais c'est ce que je ressent.  Je ne le lui ai pas dit, mais j'aurais aimé le lui dire : « A partir de maintenant, si c'est nécessaire, tu pourras compter sur moi. » Bien sûr, je ne suis qu'un pauvre jeune homme, je n'ai rien d’extraordinaire, mais je lui donnerais tout ce qu'il y a de meilleur en moi même, car elle le mérite, et je la protégerais avec autant d'amour que Micka et que ma famille. Mais mieux vaut qu'elle ignore tout ceci, je ne sais ce qu'elle penserait si elle connaissait mon sentiment. Je peux garder cette résolution, et mon amitié pour elle, sans les lui dire.

En tout cas penser à elle me réconcilie avec le monde, je me sens en paix et empli de tendresse. Elle est comme une lumière dans mon cœur, et le temps passé avec elle est, je crois, mon meilleur souvenir depuis que je suis arrivé à Orchedin.

Ce jour là, après que nous soyons sortis de la bibliothèque, nous avons marché un peu tout les deux. Elle m'avait dit : « Ce n'est pas de ta faute si je suis quelque peu instable. » Tandis que nous faisions quelques pas ensembles, je lui ai répondu à ce sujet. Je pense que si elle est un peu instable, c'est normal, c'est parce qu'elle est très jeune, c'est dû à son âge, et elle sera certainement un peu plus stable, dans quelques années. Telle que je l'ai vue, je ne l'ai pas trouvée aussi instable que ça, mais si elle pense qu'elle l'est, en tout cas, moi ça ne me gêne pas. Je trouve qu'elle est très bien telle qu'elle est, et qu'au moins, avec elle, je ne m'ennuie pas. Ça me fait sourire d'écrire ceci.

Un peu plus tard, j'ai pu me renseigner sur ce poignard que j'avais trouvé. Apparement, il n'appartenait à personne. Il devait être égaré depuis longtemps dans les herbes de la cour. Heureusement, il doit être d'un bon métal, car il n'est pas du tout abîmé. Après réflexion, j'ai donc décidé de l'offrir à Akkami. J'espère qu'elle sera prudente et qu'elle ne se blessera pas avec, mais qu'avec ça, elle pourra se défendre, même si elle possède déjà ses propres armes. Et puis je suis heureux de lui faire un cadeau. Elle pourra garder ceci en souvenir de moi. Et puis avec ce  « A » gravé sur la garde, c'est comme s'il était fait pour elle. Et cela me rappelle également le nom que je me suis choisi, Alexandriël. Alors cela lui évoquera notre amitié.

J'ai affuté la lame, et j'ai emballé le poignard dans un papier écru. J'ai dessiné de mon mieux une fleur blanche dessus, comme les cheveux d'Akkami, et j'ai fermé le paquet avec un ruban de satin blanc. J'ai aussi fait le tour du cadeau avec un fil où j'ai passé des petites perles de verre blanches, puis j'ai écrit « Akkami » en doré à côté de la fleur que j'avais dessinée. J'espère qu'elle en sera heureuse. J'ai déposé mon cadeau devant la porte du dortoir, je pense qu'il doit être entre ses mains, à présent. J'aurais du écrire un petit mot également, je n'y ai pas pensé, mais je pense qu'elle devinera de qui cela lui vient.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orchedin  :: Personnages :: Journal de Bord-
Sauter vers: