Vous avez une ville à protéger ! Rejoingnez votre Guilde et plongez dans l'aventure qui vous attend au sein de celle-ci !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Orchedin :: Quartier Ouest :: Au P'tit Canasson Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Coïncidence [Privé Azdhar]

avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 191
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Aoû - 22:00

Comme à mon habitude, je m'étais levé tôt. J'aimais jouir du calme surprenant qui caractérisait le matin. Me balader dans la légère brise matinale sans me faire basculer ou apostropher de tout côté était appréciable. Je descendis à Orchedin et prit plaisir à voir ses habitants se réveiller tranquillement. Je me sentais si proche d'eux, en me baladant. D'ailleurs, j'avais omis de mettre mon grade. Je ne voulais pas me sentir différent, je voulais me fondre en eux, vivre un jour comme eux. Mécaniquement, mes pas me guidèrent jusqu'au P'tit Canasson et les commissures de mes lèvres s'étirèrent en le voyant vide à l'exception de deux femmes. Je me dirigeais vers ma table et m'assis avec un soupir heureux.

Voila un matin comme je les aimais. Calme, simple et efficace.

Je commandais un croissant et savourais son goût unique. Il n'y avait qu'ici qu'ils étaient aussi succulents. Je passais ma langue sur le coin de ma bouche pour récupérer un bout qui tentait vainement de s'échapper. Je soupirai d'aise et appela le serveur pour qu'il me serve une choppe. Je vis un Soldat d'Avelann arriver et par précaution, je remis mon grade. Il ne faudrait pas que des rumeurs courent comme quoi je n'assumais pas mon rôle. Je bus ma boisson en silence, observant machinalement les nouveaux arrivants. Ce matin, j'étais enclin à toute discutions.

HRP:
 








Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azdhar
Habitué
Messages : 82
Date d'inscription : 06/08/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Aoû - 23:50
A mon réveil au Renard Borgne un migraine me fendis instantanément le crâne. J'avais très peu dormi ces derniers jours et les évènements de la vieilles m'avaient achevés. Je décidai alors de demander conseil au barman avec lequel j'avais sympathisé. J'avais besoin d'un endroit calme ou je pouvais m'entendre réfléchir en buvant quelque chose de chaud, et c'est tout naturellement qu'il me recommanda le P'tit Canasson.

Je pousse la porte et me rend tout de suite compte que ça n'a rien à voir avec les tavernes mal famées et les coupes gorges que j'ai l’habitude de fréquenter, l'endroit et paisible et calme, je remarque même quelques dames près de l'entrée. Je pense à ma tenue et à mon état actuel si peu recommandables pour un établissement tel que celui-ci, mais je chasse vite ces pensées de mon esprit. Même si je ne me sens pas vraiment à ma place, l'endroit est appréciable, en tout cas plus appréciables que ceux que j'ai visités jusqu'ici.

Je me dirige vers le bar commander un verre de lait lorsque je remarque le type d'hier. Le capitaine d'une des deux guildes qui font régner l'ordre dans la région. Je fait face au comptoir et l'observe dans le large miroir situé derrière le barman, et me demande comment je réagir dans l'éventualité d'une nouvelle interaction entre nous.

Je décide d'entamer une discussion avec l'homme aux allures sympathiques qui doit toujours me servir mon verre :

- Vous avez toujours des clients aussi distingués ou c'est exceptionnellement les jours où j'ai envie de lait ?

- Oh, vous faites référence au Capitaine !? Il n'y a pas si longtemps encore on les avait tous les deux ! Et à la même table, yep !

Il a dit ça sur un ton enjoué empreint de fierté en faisant glisser mon verre dans ma direction. Allons bons, je continue à lancer des regards en biais vers le miroir à l'occasion, cette ville est plus petite qu'elle n'en a l'air.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 191
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Aoû - 0:08

Je me balancais sur ma chaise, en rythme avec la chaise bancale si familière à mes yeux. J'avais passé toute mon enfance en ces lieux et si un jour, je découvrais qu'elle avait disparu, j'en serais probablement malade. Je sirotais mon verre et achevais mon croissant, me délectant de sa saveur. Du coin de l’œil, j'aperçois un nouvel arrivant à l'allure souple et étrangement familière. Je lui jette un regard au moment où il se tourne vers le barman et le reconnais.

L'homme de l'autre fois. Je me retourne vers ma table, ma bonne humeur envolée. Je n'avais pas prévu de le recroiser si tôt et en plus, c'était moi qui lui avait conseillé cet endroit. Quelle ironie. Je lui tourne résolument le dos mais je sens qu'il m'observe, je ne sais par quel moyen. Serait-il intrigué après notre discutions d'hier où il n'avait pas l'air du tout enclin à faire connaissance. Oui, j'étais vexé et alors? Je souris bêtement, amusé de mes propres pensées absurdes.

Mon verre était à moitié vide et je le fis tournoyer sur la table. Qu'est-ce que j'attendais pour aller lui porter le bonjour. Des nouvelles de sa nuit passée dans la pire Taverne à mes yeux et puis ce serait finit. Je soupirais longuement mais cette fois-ci d'agacement. Je me lève calmement et, saisissant ma chope au passage, je m'assois au bar. Je le regardais attentivement, il avait l'air épuisé.

-Comme on se retrouve, voyageur. Bien le bonjour, comment s'est passé votre première nuit dans cette cité que vous trouviez si belle?

Une pointe de sarcasme dans ma voix mais largement surplombée par un respect et une politesse évidente. Je vide mon verre.  








Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azdhar
Habitué
Messages : 82
Date d'inscription : 06/08/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Aoû - 3:34
Lors de l'un de mes coups d'oeils furtifs je remarque que la mine de mon jeune ami de la veille s'est renfrognée, probablement à cause de ma présence, il a dû me voir entrer et il n'a certainement pas apprécié mon comportement lors de notre première rencontre.

J'ai a peine le temps de me mettre de l'ordre dans mes idées qu'il est déjà à côté de moi :

-Comme on se retrouve, voyageur. Bien le bonjour, comment s'est passé votre première nuit dans cette cité que vous trouviez si belle?

- Euh... ?

"Euh" ? Comment ça "Euh" ? Après la surprise passée je me reprend un peu contenance. Bon autant y aller cartes sur table cette fois ci, inutile  de lui donner des raisons de se méfier de moi, il a déjà l'air suffisamment de mauvaise humeur.

- Eh bien pour être tout à fait honnête sur une échelle de 1 à 10 la journée d'hier se situerait entre le 1 et le 2. Déjà parce que cette taverne... n'est pas exactement le genre d'établissement que je me plaît à visiter, ensuite parce qu'une bagarre à éclaté et qu'elle a durée environ toute la nuit, donc pas moyen de fermer l’œil, c'est qu'ils sont bruyants en plus.

Je fais mine de me concentrer sur mon lait et entreprend de le remuer comme s'il s'agissait d'un mélange de la plus grande importance.

- J'en profite pour vous remercier de votre conseil, ce lieu est nettement plus agréable.

Je me retourne vers le barman, et demande sans trop de conviction :

- Vous n'auriez pas besoin d'aide pour faire tourner votre commerce par hasard ? Je cherche du travail. J'aurais préféré louer mes services en tant que mercenaire mais tout à l'air très calme par ici, ou du moins je n'ai rien vu ou entendu d'anormal depuis quelques kilomètres avant l'entrée de la ville, de ce fait je ne me fait pas trop d'illusion...

- Désolé mais je ne cherche personne en ce moment, cela dit vous trouverez certainement votre bonheur en ville.

Je lâche un soupir agacé, j'ai intérêt à trouver quelque chose rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 191
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Aoû - 10:25

Il ne semble pas me voir approcher et à ma question, il à l'air tout étonné.

-Euh...?

C'est tout ce qu'il parvient à dire en premier temps mais se reprend très vite, recompose son visage.

- Eh bien pour être tout à fait honnête sur une échelle de 1 à 10 la journée d'hier se situerait entre le 1 et le 2. Déjà parce que cette taverne... n'est pas exactement le genre d'établissement que je me plaît à visiter, ensuite parce qu'une bagarre à éclaté et qu'elle a durée environ toute la nuit, donc pas moyen de fermer l’œil, c'est qu'ils sont bruyants en plus.

Je souris, amusé. J'appréciais sa franchise nouvelle et je le comprenais complétement. Ces hommes étaient des réveils à eux-même. Par contre, le fait qu'il y eut une bagarre m’embarrassa. Quelle image donnait-on? Il faudrait peut-être que je règle cela.

-J'en profite pour vous remercier de votre conseil, ce lieu est nettement plus agréable.

Et comment! Je vis le barman sourire discrètement, fier et flatté. L'homme dont je ne connaissais pas le nom et n'étais pas sûr de le vouloir se tourna vers le barman.

-Vous n'auriez pas besoin d'aide pour faire tourner votre commerce par hasard ? Je cherche du travail. J'aurais préféré louer mes services en tant que mercenaire mais tout à l'air très calme par ici, ou du moins je n'ai rien vu ou entendu d'anormal depuis quelques kilomètres avant l'entrée de la ville, de ce fait je ne me fait pas trop d'illusion...

Ce fut à mon tour de ressentir une petite fierté au creux de mon ventre. Pourtant je ne montrais rien. Soudain, je me rendis compte qu'il avait employé le nom de "mercenaire". J'avalais de travers et détournais le regard pour tousser discrètement. Je me redresse, surpris. Le barman refusa son offre. Je pris la parole suite au soupir irrité de l'homme.

-Mercenaire vous dîtes? Un travail des plus dangereux et des plus reconnus. Vous cherchez quel genre de travail, exactement?

Une idée germa peu à peu dans mon esprit. Cet homme avait tout d'un Soldat mais je ne savais pas s'il accepterait.









Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azdhar
Habitué
Messages : 82
Date d'inscription : 06/08/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Aoû - 13:17
J'avais fini mon verre et m'apprêtais à prendre congé quelque peu déçu lorsque Len Ravenwood s'adressa à moi, une expression indéchiffrable sur le visage.

-Mercenaire vous dîtes? Un travail des plus dangereux et des plus reconnus. Vous cherchez quel genre de travail, exactement?

Je réfléchis très vite. En général je préfère rester loin de toute forme d'institutions militaires, mais ce ne serait peut être pas une si mauvaise idée, ça aurait le mérite de me garantir un repas chaud par jour au moins. En revanche si mes actes passés devaient être révélés ou découverts de quelque façon que ce soit, je serais très certainement dans de très sales draps , je ne suis pas sûr que le meurtre soit plus toléré ici qu'ailleurs... Bon voyons déjà ou il veut en venir, les mercenaires ont l'air d'avoir bonne réputation ici, c'est plutôt une bonne nouvelle.

-Peu importe, mais de préférence un métier qui me permette d'utiliser ceci.

J'écarte l'un des pans de ma cape et révèle l'une de mes jambiya, tout en observant la réaction de mon interlocuteur. Le temps s'arrête lorsqu'il pose les yeux dessus. Je lâche négligemment ma cape qui reprend sa position initiale, ça n'a duré qu'un court instant. Le barman, qui, curieux, tentait des coups d’œils discret par dessus le comptoir se détourna, déçu. Un silence commence à s'installer, je décide de le briser.

-Mais encore une fois, peu importe, je suis prêt à faire ce qu'il faut, du moment que la paye est avantageuse.

Je continue à observer le Capitaine en attente d'une quelconque réaction, il ne me fait sûrement pas encore complètement confiance.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 191
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Aoû - 12:31

Je vis bien qu'il s’apprêtait à partir mais tant pis.

-Peu importe, mais de préférence un métier qui me permette d'utiliser ceci.

Et il soulève sa cape, découvrant l'arme que j'avais deviné. Une jambiya, je reconnus immédiatement. L'arme était peu utilisé ici mais je connaissais quelques Soldats s'en servant. Malgré mon admiration pour son audace et pour sa belle arme, je lui lançai un regard d'avertissement. Même si l'instant n'avait duré qu'une seconde, il ne faudrait pas alarmer les clients. Un civil armé n'était pas très bien vu. Un silence se tissa et c'est l'homme qui le brise.

-Mais encore une fois, peu importe, je suis prêt à faire ce qu'il faut, du moment que la paye est avantageuse.

A faire ce qu'il faut...cette phrase me déplaît, étrangement. Comme tout métier, on pouvait être bon ou mauvais. Jusque là, j'avais imaginé un Mercenaire agissant pour la bonne cause, comme les Guildes. Mais peut-être l'avais-je jugé trop rapidement et qu’il pourrait tuer sans réfléchir juste pour la somme. Je le dévisage en silence, plissant les yeux, essayant de le déchiffrer. En vain, il cache bien ses douleurs du passé, ses secrets. Je me redresse et pousse lentement ma chope vide vers le barman en une commande silencieuse. En vérité, mon cerveau se tournait et se retournait.

-Je vois.

Je ne voyais pas du tout. Du moins, ce qu'il était capable de faire pour de l'argent. Je reprends, me forçant à sourire.

-Soit, je m’apprêtais à vous proposer de rejoindre les rangs de Nacastal. Mais à bien en juger, je ne pense pas que vous vous y plairez.

Je continue à le regarder.

-Si vous avez un quelconque intérêt pour la Guilde, je peux assouvir votre curiosité.

Je m'étais un peu emballé, à vrai dire. J'ignorai s'il était possible d’enrôler un parfait inconnu aux allures louches sans aucun entrainement apparent. Peut-être que si je m'en chargeai...en avais-je réellement envie? J'espérais qu'il secoue la tête en s’excusant car il n'était nullement intéressé.










Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azdhar
Habitué
Messages : 82
Date d'inscription : 06/08/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Aoû - 15:34
Je le vois pousser lentement son verre en direction du barman, il a l'air pensif. Je me demande pourquoi j'ai saboté cette opportunité à grands coups de sous-entendus. Peut-être est-ce parce que je suis conscient que je ne serais pas capable de jouer la comédie, que si je dois utiliser ma lame, je préfère le faire en respectant mes principes, et que si je dois me battre aux côté d'un camarade, il serait insultant, comme lui comme pour moi, de les lui cacher. Voilà que je me met à être sentimental, c'est peut-être cet endroit qui m'amadoue un peu.

Il commence par répondre simplement :

-Je vois.

Il l'a dit d'un ton ferme mais je vois bien qu'il hésite, il doit se poser des question, heureusement d'ailleurs.

-Soit, je m’apprêtais à vous proposer de rejoindre les rangs de Nacastal. Mais à bien en juger, je ne pense pas que vous vous y plairez.

Il pourrait juste dire qu'il ne me fait pas confiance, ça lui épargnerait toutes les manières que lui imposes son grade. En tout cas je ne peux pas le blâmer, je ne me ferais pas confiance non plus à sa place.

-Si vous avez un quelconque intérêt pour la Guilde, je peux assouvir votre curiosité.

Je pousse un soupir. Autant mettre un terme à cette comédie.

-J'ai effectivement des questions, d'autant que l'offre est intéressante. Par exemple, quels sont vos domaines d'interventions principaux, vos relations avec l'autre guilde, etc...

Je le regardais, il ne semblait pas particulièrement satisfait de la direction que prenait la conversation, il devait sûrement regretter sa proposition. Moi même je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée, mais ce choix ne m'appartient pas de toute façon, alors autant coopérer.

-Mais au vu de votre réaction je dirais que les vôtres sont prioritaires. Vous pouvez me demander ce que vous voulez, clairement, de but-en-blanc, laissez tomber les protocoles, ça ira plus vite. En revanche je ne garantis pas que je répondrais à toutes vos questions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 191
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 11:36

Il soupira, ce qui eut don de m'énerver. Mais encore une fois, je tâchais de ne rien montrer.

-J'ai effectivement des questions, d'autant que l'offre est intéressante. Par exemple, quels sont vos domaines d'interventions principaux, vos relations avec l'autre guilde, etc...

J'esquissai un sourire, mi-agacé mi-amusé.

-Mais au vu de votre réaction je dirais que les vôtres sont prioritaires. Vous pouvez me demander ce que vous voulez, clairement, de but-en-blanc, laissez tomber les protocoles, ça ira plus vite. En revanche je ne garantis pas que je répondrais à toutes vos questions.

Heureux qu'il me le propose, je gardai quand même mon calme, décidé de répondre à ses propres questions pour lui faire comprendre que tout n'était pas perdu.

-Oh c'est très simple, vous devriez les connaître. Vol, mauvais comportement, cas de pauvreté...meurtre, mais bien d'autre chose encore. Nous sommes en quelques sortes les chasseurs des fléaux qui rongent Orchedin. Mais nous sommes libres de choisir nos missions, mis à part les Novices. Chaque mission correspond à une bourse, plus ou moins lourde. Pour ce qui est de notre relation avec Avelann, j'ai le regret de vous dire qu'elle n'est pas très bonne. Enfin, ça dépend toujours des gens. Moi, je n'ai aucun problème et il n'y a pas si longtemps, j'ai déjeuné avec Ariemm, la Capitaine d'Avelann.

Du coin de l’œil, je vis le barman acquiescer mes dires.

-Mais d'autres Soldats y voit comme une rivalité dont je n'ai pas le dessus pour les faire changer d'avis.

Je me tus, je ne parlais jamais aussi longtemps à part en réunion. J'éspérais que mon petit monologue ait répondu du mieux à ses questions et je repris.

-Et bien, tout compte fait, j'aimerais connaître votre..nom.

J'étais presque sûr qu'il renonce.








Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azdhar
Habitué
Messages : 82
Date d'inscription : 06/08/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 13:38
A ma grande surprise, il préfère commencer par répondre à mes propres questions.

-Oh c'est très simple, vous devriez les connaître. Vol, mauvais comportement, cas de pauvreté...meurtre, mais bien d'autre chose encore. Nous sommes en quelques sortes les chasseurs des fléaux qui rongent Orchedin.

Je souris brièvement alors que je me dis que je suis responsable dans d'autres pays d'au moins la moitié de ce qui est ici considéré comme des crimes.

-Mais nous sommes libres de choisir nos missions, mis à part les Novices. Chaque mission correspond à une bourse, plus ou moins lourde. Pour ce qui est de notre relation avec Avelann, j'ai le regret de vous dire qu'elle n'est pas très bonne. Enfin, ça dépend toujours des gens. Moi, je n'ai aucun problème et il n'y a pas si longtemps, j'ai déjeuné avec Ariemm, la Capitaine d'Avelann.

Mauvaises relations hein, ça explique l’altercation dont j'ai été témoin au Renard Borgne.

Je m'apprêtais à répondre mais il ne m'en laissa pas vraiment le temps.

-Et bien, tout compte fait, j'aimerais connaître votre..nom.

Eh bien au moins il a l'air un peu moins rigide, bien que pas tout à fait à l'aise.

-De toutes les questions qui vous turlupinent probablement, c'est par celle-ci que vous décidez de commencer ?

Je continue plus bas, je me doute que le barman est aux aguets :

-Mon nom est Azdhar. Félicitations, vous êtes la deuxième personne à me soutirer cette information depuis mon arrivée.

Voyant qu'il était perdu dans ses pensées, je saisis cette opportunité, et repris à haute voix :

-Une petite rivalité ne fait pas de mal de temps en temps, chacun est motivé à faire son travail du mieux qu'il peut, pour monter qu'il est le meilleur, certes, mais les résultats sont incontestables. Bien sûr, c'est toujours mieux si les deux partis ne se mettent pas dessus dans les bars locaux.

J'ai de nouveau soif.

-Tavernier, un autre verre de lait, et un verre d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 191
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 13:57

Je sais que c'est un peu bête mais il connaissait le mien, j'avais l'impression qu'il avait une longueur d'avance.

-De toutes les questions qui vous turlupinent probablement, c'est par celle-ci que vous décidez de commencer ?

Je souris, les yeux brillants de malice.

-Mon nom est Azdhar. Félicitations, vous êtes la deuxième personne à me soutirer cette information depuis mon arrivée.

Azdhar. Je retourne ce nom dans ma tête et finis par bien l'aimer. Mais au ton où il me l'avait confié, j'eu l'impression d'être enrôlé dans un secret et me promis de ne pas l’appeler par son prénom en public.

-Une petite rivalité ne fait pas de mal de temps en temps, chacun est motivé à faire son travail du mieux qu'il peut, pour monter qu'il est le meilleur, certes, mais les résultats sont incontestables. Bien sûr, c'est toujours mieux si les deux partis ne se mettent pas dessus dans les bars locaux.

Jamais je n'avais vu les choses sous cet angle et à mesure qu'il exprima son point de vue, il monta dans mon estime. Je réfléchis un temps.

-Pas faux. Oh, je m'excuse pour cette bagarre, j'ignorais encore qu'elle concernait des Soldats de Nacastal.

Je soupirais, furieux contre mes Soldats qui se bagarraient pour des broutilles. J'usais de ma mémoire pour la question suivante

-Vous m'aviez dit avoir quitter Alésie pour une paye. Quel était ce fameux travail?  










Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azdhar
Habitué
Messages : 82
Date d'inscription : 06/08/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 15:26
-Pas faux. Oh, je m'excuse pour cette bagarre, j'ignorais encore qu'elle concernait des Soldats de Nacastal.

Il soupire, visiblement contrarié.

-Vous m'aviez dit avoir quitter Alésie pour une paye. Quel était ce fameux travail?

-Vous ne devriez pas être trop dur avec vous même, les soldats ont certainement besoin d'évacuer un peu de stress, et vous aussi vous devriez y penser, il n'y a pas de honte à déléguer certaines choses histoire de ne pas commencer à compter vos cheveux blancs avant d'avoir atteint la trentaine. Moi aussi j'ai connu des rivalités dans le temps... Mais bon, qui suis-je pour vous conseiller me diriez-vous.

Je n'avais pas envie de parler de ce que j'avais fait, les évènements de la caravane étaient encore frais dans mon esprit. Je n'avais pas honte de ce que j'avais fait, on pourrait éventuellement me reprocher le meurtre du déserteur, mais je n'avais commit aucun crime sur le sol d'Orchedin. En revanche je ne savais pas comment mon interlocuteur le prendrait. Il reste l'éventualité qu'ils n'en aient même pas entendu parler jusqu'ici, mais j'en doute, j'avais tout de même abandonné la caravane à l'entrée de la ville... Je pourrais mentir, mais encore une fois si je mentais maintenant autant ne pas rejoindre la guilde, je veux qu'il sache à quoi il s'engage.

Je baisse à nouveau le ton :

-Pour ce qui est du contrat, car oui c'était un contrat, pour lequel on m'a engagé, je devais supprimer un homme accusé de désertion, aggravée de meurtre, avant qu'il ne puisse demander asile à Orchedin. Une histoire de vengeance typique. Finalement il y a eu des complications et ça a mal tourné, vous avez certainement dû recevoir un rapport de vos éclaireurs frontaliers le jour ou nous nous sommes croisés au Renard Borgne, dans le cas contraire je vous recommande de leur passer un savon.

J'attends sa réaction alors que le tavernier m'apporte ma commande, visiblement irrité d'être exclu des confidences qui avaient lieu dans son établissement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 191
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 17:06

Je porte ma chope à mes lèvres et sirote ma boisson en silence. Je fouille dans mes poches et pose sur le comptoir quelques pièces d'argent. Je n'avais plus soif.

-Vous ne devriez pas être trop dur avec vous même, les soldats ont certainement besoin d'évacuer un peu de stress, et vous aussi vous devriez y penser, il n'y a pas de honte à déléguer certaines choses histoire de ne pas commencer à compter vos cheveux blancs avant d'avoir atteint la trentaine. Moi aussi j'ai connu des rivalités dans le temps... Mais bon, qui suis-je pour vous conseiller me diriez-vous.

Pas besoin de jouer des poings pour évacuer mon stress quotidien. J'avais des amis et leur humour désespérant suffisait à m'arracher un sourire et à me détendre. Je souris à l'idée des cheveux blancs et passaient négligemment une main dans les miens, histoire de les recoiffer. Tiens, voilà qu'il me parle de son passé, c'est plutôt étrange, lui qui à l'air si mystérieux. Je l'écoute sans l’interrompre une seule fois. Oh, j'acceptais les conseil de tout le monde, du moment qu'ils étaient utile. Pourtant, je ne dis rien. Il semble être réticent à l'idée de me confier son travail et je commence à croire qu'il est dangereux.

-Pour ce qui est du contrat, car oui c'était un contrat, pour lequel on m'a engagé, je devais supprimer un homme accusé de désertion, aggravée de meurtre, avant qu'il ne puisse demander asile à Orchedin. Une histoire de vengeance...

Ses paroles se noient tant je suis abasourdis. J'avais entendu parlé de cette histoire le jour-même, c'était même des Novices qui me l'avaient rapportés et je m'étais énervé du fait que les Soldats puissent les laisser ainsi patrouiller seuls. Ma main se crispa sur mon verre et ma bouche se tord.

-... il y a eu des complications et ça a mal tourné, vous avez certainement dû recevoir un rapport de vos éclaireurs frontaliers le jour ou nous nous sommes croisés au Renard Borgne, dans le cas contraire je vous recommande de leur passer un savon.

On avait retrouvé une caravane abandonnée pleine de sang encore frais. Je déglutis, était-ce vraiment lui à l'origine de ce massacre? Non, ils s'étaient probablement fait attaqués aux abords d'Orchedin. Malheureusement, c'était courant, on avait régulièrement des fuyeurs demandant de l'aide car leur transport était assaillis.

Je me concentre sur ce que venait de me dire Azdhar. Si il ne mentait pas, son travail n'avait rien de méprisable, il avait seulement...corrigé d'une manière atroce un déserteur doublé d'un meurtrier. Je le dévisage dans un silence froid.

-Je ne leur passerai pas de savon. J'ai entendu parler de cette histoire...sanguinaire.

Je n'arrive plus à prononcer un seul mot. Pourtant, j'arrive à me convaincre que l'homme n'avait fait qu'obéir à son enrôleur.

-Merci d'avoir été sincère avec moi. 

Le choc passé, je me mis à m'en vouloir puis je recomposais mon visage et finit d'une traite ma chope.










Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azdhar
Habitué
Messages : 82
Date d'inscription : 06/08/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 19:40
Un silence chargé de tension succède à ma dernière tirade alors que mon interlocuteur me dévisage froidement.

Il s'adresse à moi sur le ton le plus sérieux du monde.

-Je ne leur passerai pas de savon. J'ai entendu parler de cette histoire...sanguinaire.

Il semble perdu dans ses pensées, probablement en train de peser le pour et le contre ou de se poser mille et unes questions sur mes motivations. Je ne lui en veux pas, et je ne m'attends pas à ce qu'il comprenne, il est probablement né ici, et moi, je viens d'ailleurs, ce que je veux savoir c'est s'il va l'accepter.

-Merci d'avoir été sincère avec moi.

Pas exactement la réaction que j'attendais. Il a dit ça sur un ton complètement neutre, mais je le vois s'envoyer sa choppe cul sec, j'imagine qu'il est un peu plus bouleversé qu'il veut bien le laisser paraître, je ne lui en veut pas pour ça non plus.

-J'imagine que par ici, les faits divers qu'on vous rapporte dans les journaux sont nettement moins morbides. Il n'y a rien qui vous inquiète en ce moment ? Les ennuis sont vite arrivés vous savez...

Je ne le sous estime pas mais je sais qu'en temps de paix, les gens ont tendance à devenir laxiste ou au moins à rouiller. Je ne pense pas que ce soit un problème pour lui, il respecte toujours les protocoles, reste poli en toute situation, veille à ne pas laisser transparaître ses émotions même si ça ne marche pas à chaque fois... Je ne doute pas non plus de ses talents de guerrier. Non, c'est surtout que j'ai remarqué quelques jeunes novices sans supervision... enfin je me m'inquiète probablement pour rien, il y a peu de chances qu'il se passe quoi que ce soit, c'est à moi de m'adapter et pas le contraire. Autant faire preuve de bonne volonté

-Si vous avez des questions concernant l’incident je coopérerais, mais officieusement, et je n'en répondrais qu'à vous directement. Bien entendu pour des raisons évidentes je ne citerais jamais le nom de mon employeur ou de la victime, rien ne vous empêche cependant d'enquêter. On ne dirait peut être pas comme ça, mais j'ai mes principes. Aussi, si votre curiosité se porte sur quelque chose d'autre, je ferais de mon mieux pour l'assouvir, éventuellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lenn
Fondateur Lenn
Messages : 191
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 21:01

-J'imagine que par ici, les faits divers qu'on vous rapporte dans les journaux sont nettement moins morbides. Il n'y a rien qui vous inquiète en ce moment ? Les ennuis sont vite arrivés vous savez...

J'esquisse un petit sourire, cela se voyait qu'il habitait à Orchedin depuis peu. Ce n'est pas spécialement le fait qu'il eut assassiné des gens qui m'avaient le plus choqué -enfin en majorité si- mais plutôt que je discutais depuis hier avec le principal pion de cette histoire sans m'en être rendu compte. Lenn, tu t'en demandes toujours trop. Je regarde ailleurs, qu'est-ce que je devais faire?  

-Si vous avez des questions concernant l’incident je coopérerais, mais officieusement, et je n'en répondrais qu'à vous directement. Bien entendu pour des raisons évidentes je ne citerais jamais le nom de mon employeur ou de la victime, rien ne vous empêche cependant d'enquêter. On ne dirait peut être pas comme ça, mais j'ai mes principes. Aussi, si votre curiosité se porte sur quelque chose d'autre, je ferais de mon mieux pour l'assouvir, éventuellement.

Je serrais les dents et regrettais l'absence des mes Lieutenants. Ma sortie du matin, aux abords si joyeux, se transformait en interrogatoire. J'avais les jambes coupées et je décidais alors de m’asseoir sur une chaise.

-Les ennuis sont si vite arrivés...répétais ironiquement, surtout que c'est vous qui les apportez au passage.

Je me tais, regarde mes mains puis reprends:

-Tout le monde a ses principes! Et je ne vais pas vous torturer mais alors, ça n'a rien d'une coopération comme vous dites. J'ai déjà ma petite idée sur cet incident et je ne pense pas avoir besoin de vous pour le reste. Vous n'avez pas mangé les corps, j'imagine. 

Je le regarde avec un drôle de regard puis me relève vivement et le salue. Puis je lui tends la main, étrange comportement de ma part.

-Bien. J'ai à faire, si vous voulez bien m'excuser.








Je parle en #999966
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azdhar
Habitué
Messages : 82
Date d'inscription : 06/08/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 22:30

Je vois qu'il est troublé, visiblement prit de court par la tournure des évènements.

-Les ennuis sont si vite arrivés...répétais ironiquement, surtout que c'est vous qui les apportez au passage.

Je laisse échapper un rire sincère.

Il reste cependant silencieux un moment à regarder ses mains avant de continuer avec aplomb :

-Tout le monde a ses principes! Et je ne vais pas vous torturer mais alors, ça n'a rien d'une coopération comme vous dites. J'ai déjà ma petite idée sur cet incident et je ne pense pas avoir besoin de vous pour le reste. Vous n'avez pas mangé les corps, j'imagine.

Il me lance un regard mitigé et se lève brusquement en me tendant la main.

-Bien. J'ai à faire, si vous voulez bien m'excuser.

Cette fois je me contente de sourire.

-Tout le monde à ses principes... vous vivez vraiment dans une ville agréable, j'imagine que vous n'y êtes pas pour rien cela dit. Vous me flattez en me qualifiant de menace, malheureusement je pensais à quelque de plus... Enfin, je suis juste d'un naturel prudent. En effet les corps devraient être au bord de la route si personne n'y a touché. Je ne vous retiens pas plus longtemps Capitaine, j'imagine bien que vous devez en avoir du travail à présent !


Sur ce, je serre fermement la main qu'il m'a tendu, et le regarde s'éloigner, avant de moi même m'éclipser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orchedin  :: Orchedin :: Quartier Ouest :: Au P'tit Canasson-
Sauter vers: