Vous avez une ville à protéger ! Rejoingnez votre Guilde et plongez dans l'aventure qui vous attend au sein de celle-ci !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Avelann :: Rez-De-Chaussé :: Salle Commune Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Opération "bouh" - [Privé Akkami]

avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 508
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Juin - 18:51
Affalée à mon bureau, je m'ennuyais à mourir. Poussée dans un coin de ma table en fouillis, la paperasse prenait lentement la poussière. Il n'était pas toujours évident de refiler mon travail à mes Lieutenants et, aujourd'hui, j'étais condamnée à m'occuper de l'administration. Autant dire que je n'y était pas habitué. La simple pensée de travailler le nez dans les feuilles m'ennuyais et me vidait de toute énergie ou motivation. Dire qu'un soleil magnifique brillait dehors ! Je n'osais même pas imaginer le nombre d'oiseaux rares que je laissais filer en ratant une partie de chasse par ce temps splendide. Distraite, je jetais un regard plaintif à la fenêtre entrouverte de mes quartiers. Une douce brise tiède s'engouffra dans la pièce et vint me caresser la joue, fit voler mes cheveux court et noirs... Cela acheva de me faire soupirer d'envie. Soudain, je frappai mes mains blafardes et griffues l'une dans l'autre, comme pour me réveiller. Je me redressai brutalement, dans un regain d'énergie fou et incontrôlable. Il n'étais pas question que je me laisse aller ainsi à l'ennuie ! Retrouvant ma malice habituelle, je passai mes interminables jambes minces par-dessus un accoudoir de mon fauteuil et adressai une petite grimace moqueuse à la pile de feuille que j'étais censé avoir lues depuis un moment déjà. Elle avait gagnée ! Je la lirais vite-fait, remplirai plus ou moins au hasard ce qu'il y avait à remplir et ensuite, à moi la liberté ! Peut-être irai-je chasser avec Elanion, ou alors, j'irai faire un tour au P'tit Canasson, dans l'espoir de trouver Lenn. Je pourrais très bien aussi m'amuser avec les novices ou peut-être rendre visite à Tanna... Non, mieux ! Je ferais tous ça en une journée (si bien sûr j'avais le courage d'aller chez moi pour voir ma nourrice...) ! Déterminée, je me saisis de la première feuille de la pile. Je lu en vitesse le titre, sans vraiment comprendre ce que je venais de déchiffrer, avant de passer au corps du texte. Je m'attendais à un pavé de lignes incompréhensible mais mon regard ne rencontra qu'une liste de nom. Intriguée, je revint au titre :

- Attribution des premières missions. murmurai-je, d'abord perplexe. Attribution des premières missions !! Répétait-je dans une exclamations enthousiaste.

Il fallait vraiment que je me réveille ! Tout ces novices devaient attendre avec impatience que je prenne les décisions concernant leur départ en mission. Je devais indiquer dans quel quartier il était préférable que l'apprenti parte, sur quel type de mission et s'il devait être accompagné d'un soldat ou non. Je me remémorait ma propre première mission, mon impatience et mon enthousiasme. J'avais été affectée dans les Quartiers Ouest, sur une mission duo qui visait à arrêter un voleur. J'avais été heureuse d'apprendre que je bénéficiais de l'accord du Capitaine de l'époque pour être en autonomie, sans soldat expérimenté pour me coller et me dire quoi faire. Si l'issue de ma quête avait quelque peu fait scandale, je ne me souvenais pas l'être autant amusée depuis ce jour ! Il fallait que je me dépêche de satisfaire mes novices ! A leur place, je n'aurais pas aimé attendre cent sept ans avant de recevoir ma première mission ! Et puis cette tâche avait beau faire partie de la paperasse, cela m'intéressait un minimum ! Je pris donc un nom au hasard sur la liste, déterminée à trouver ce novice et à m'occuper de son cas. Mon index s'arrêta sur un nom qui était loin de m'être inconnu : Akkami Kuuyami. Je gloussai, amusée par le coup du destin. A son entrée à la Guilde, j'avais beaucoup entendu parlé de cette petite au caractère bien trempé. Et pour être honnête, la rencontrer me tentait énormément. Elle était l'une des rares novices que je ne connaissait que peu, car avec mon habitude de faire connaissance avec chaque nouvelles tête de la Guilde, on pouvait dire que j'étais devenue amie avec un grand nombre de novice. Je froissai la feuille pour la fourrer dans ma poche et dévala quatre à quatre les marches des escalier de la Guilde en chantonnant gaiement. Reconnaître Akkami serait simple : je l'avais entendu un nombre incalculable de fois, elle sortait du commun de part sa longue chevelure blanche méchée de rose et ses yeux pourpre. Je furetai à travers la Guilde pendants plusieurs minutes avant de trouver enfin celle que je cherchais. Elle me tournai le dos et j'en profitai donc pour m'amuser un peu avec elle. J'arrivai sans bruit et une fois suffisamment prêt, je lui soufflai à l'oreille :

- Bouh!

J'ignorai si cela avait été une bonne idée. Les novices étaient parfois plutôt tendus et pouvaient réagir de manière brusque à ce genre de plaisanterie. Akkami particulièrement, avec son caractère qu'on disait de cochon. Mais après tout, je me fichai bien de ce qui pouvait se passer puisque, dans tous les cas, cela promettait d'être amusant !




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 128
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 13
Localisation : Chais plus
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 18:47
Comme à mon habitude, je lisais. Un livre qui - au passage - ne m’intéressais pas vraiment... Qui m'énervais peut être même. Debout dans un coin de la salle commune de la Guilde, j’essayais de faire passer le temps comme je pouvais. Mais après la si courte nuit de sommeil que j’avais eu, mes yeux peinaient à rester ouverts et refusaient de lire correctement les mots que je tentais de déchiffrer. Un léger soupir m'échappa et en refermant mon livre, je baissa les bras. Aujourd'hui, je ne sentais pas la motivation pour aller me promener ou autre, j'étais donc réduite à rester debout dans cette salle. Enfin bon... Les bras ballants, la tête très loin perdue dans mes pensées, je ne pensais pas qu'a cet instant même...

- Bouh!

Je me retourne en sursaut en lâchant mon livre. Un petit crie étouffé m’échappa. C'était Ariemm Megjow, la Capitaine de ma Guilde. Elle avait l'air de prendre cette "blague" pour un jeu. Même si je déteste qu'on me fasse des coup comme ceux-là, premièrement car ce fut une chance pour elle, et pour moi au passage, que mon livre me glisse des mains et non qu'il lui atterrisse en pleine figure, même si je ne doute pas qu'elle l'aurait évité. Et deuxièmement car je suis très... "peureuse" si cela peut être le mot. Je décide de garder mon calme, enfin de faire en sorte de garder mon sang-froid. Je regarde mon livre au sol, sans le ramasser, il ne mérite pas que je me penche pour le poser ailleurs, le sol est bien pour lui. Je recule d'un pas en titubant, pas encore remise de cette courte frayeur. Puis en prenant une un profonde inspiration, je dis d'une voix plutôt froide, et qui cette fois ne me dérangea pas spécialement:

- Tu n'aurais pas autre chose à faire plutôt que de jouer?

Capitaine ou non, je la tutoierai, comme je l'ai fais pour mon Mentor et toutes autres personnes à qui j'aurai dû parler. Pour m'assurer qu'elle savais que je ne la respecterai pas plus que les autres, je pris la pose que j'avais l'habitude d'adopter que je me trouvais face à certaine personne, les mains sur les hanches, un regard froid plongé dans les yeux de mon interlocuteur et cet air presque inexpressif scotché sur le visage.


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 508
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Juin - 10:02
Akkami fit volte-face avec une exclamation étouffée. De surprise, elle lâcha le livre qu'elle tenait et celui-ci s'écrasa au sol. J'étais déjà très contente d'avoir réussi mon "attaque surprise" et avoir aussi évité sans trop d'efforts de me prendre un revers de couverture, ne put que me satisfaire un peu plus. Avec le temps, j'avais prit le coup de main pour éviter ce genre "d'attaque" nerveuse, mais je me souvenais encore de mes premiers échecs cuisants. Certains soldats n'y allaient vraiment pas de main morte...
Akkami afficha d'abord un air effrayé, qui m'arracha un petit rire amusé, avant de se ressaisir avec plus de rapidité que je n'aurais souhaité. Elle n'avait pas semblé apprécier la plaisanterie, cela je m'y était préparée. Heureusement pour moi que je n'avais pas besoin que l'amusement sois partagé pour trouver mes plaisanteries drôles. Sinon, je me serai très vite ennuyée, dans cette Guilde. Visiblement encore un peu sonnée, la novice aux cheveux blancs recula en titubant. Mon sourire s'élargit en comprenant : son visage était peut-être parfaitement habitué à dissimuler ses émotions mais son corps, quant à lui, avait encore beaucoup à faire pour obtenir la rigidité ultime. Ce n'étais pas par sadisme que je me réjouissais de cet constatation. Cela me rendais juste heureuse car elle me semblait ainsi plus humaine, moins froide. Elle finit par prendre une grande inspiration, comme pour se ressaisir totalement avant de lâcher d'un ton froid :

- Tu n'aurais pas autre chose à faire plutôt que de jouer ?

Sur ce, elle prit une pause des plus provocatrices : main sur les hanches, expression blasée à souhait et yeux rivés dans les miens. Je rit tout en m'amusant à l'imiter. Cette pose me sembla bien inconfortable. Moi, je préférai sourire et sautiller.
Mais malgré cette farce, je ne pouvais m'empêcher de songer à mon père. Je savais que si il me voyait me faire manquer de respect ainsi, par une simple novice, il irait sans doute creuser sa propre tombe, à côté de celle de son honneur. Ah moins qu'il ne m'est déjà reniée totalement, ajoutait une petite voix, plus amère, au fond de ma conscience. Je la fit taire immédiatement. Surtout, ne pas penser à lui. Tout allait bien. Je m'amusais, et il n'était pas question de tout gâcher !
Je remarquai également qu'elle me tutoyait. En d'autre circonstance, j'aurais apprécié le geste. En effet, je détestait vraiment qu'on me vouvoie. J'avais l'impression de devenir une vieille bique centenaire à chaque fois qu'on employait cette forme de respect à mon égard. Pourtant, je comprenais bien que Akkami n'utilisait le tutoiement, non pas dans le but de me faire parvenir une marque d'amitié, mais uniquement pour me faire clairement comprendre qu'elle me méprisait. Vieille bique ou Capitaine humilié ? A choisir, je préférais tout de même la deuxième option. Clairement, on ne pouvait pas dire que ma relation avec cette subordonnée commençait très bien. Je n'avais même pas encore eut le temps de la saluer que déjà elle faisait preuve d'une grande arrogance. Je ne lui en voulais aucunement. Je m'en fichait même un peu, car l'imiter était un jeu très amusant à mes yeux et c'était avec peine que je retenais un sourire hilare pour poursuivre à ma caricature. De plus, Akkami avait intégrée Avelann et maintenant, que ce soit pour elle un plaisir ou non, je la considérait comme un membre de ma famille, au même titre que tout mes autres soldats. Je ne demandais pas que ce soit réciproque. Elle pouvait me maudire du plus profond de son âme, moi, je l'aimerais toujours comme une soeur.
Soudain, je reprit mon sourire radieux et me mis à me balancer d'avant en arrière, sur la pointe des pieds, les mains dans le dos, avec le plus d'innocence qu'il pu y avoir sur terre. Ironiquement, j'attendais silencieusement une félicitation sur ma parfaite imitation de la petite rebelle d'Avelann, tout en soutenant son regard pourpre l'air de dire "Alors, très ressemblant, n'est-ce pas ?". Ils étaient d'ailleurs d'une très belle couleur, et je me surpris à être fascinée par leur éclat améthyste. Comme elle ne répondit pas tout de suite, j'enchaînais avec spontanéité :

- Tu sais que tu as de beaux yeux ? Et une belle voix, aussi. Dommage que tu ne t'en serve pas pour rire ! Tu es vraiment comme ton Maître : un potentiel extraordinaire, gâché par des habitudes toujours trop sérieuses !

A cela, j'ajoutai un petit éclat de rire mélodieux. La première et dernière fois où j'avais entendu le rire d'Elyu remontait maintenant à l'automne passé. J'en gardais un excellent souvenir. Et beaucoup de regrets aussi. Quel dommage que ses sourires soient si rares ! Je n'en doutait pas, Akkami devait aussi en avoir un merveilleux ! C'était toujours les personnes qui en faisait le moins usage qui avaient les plus beaux rires. A moins que ce soit leur rareté qui ne fasse leur charme.
En tout cas, je m'amusais bien avec Akkami, même si ça n'avais pas du tout l'air d'être le cas pour elle. Tant et si bien que j'en oubliais quelque peu la raison pour laquelle j'étais venue la voir.




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 128
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 13
Localisation : Chais plus
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Juin - 17:59
Je me plierai volontiers de rire en voyant cette Capitaine assez peu mature à ce qu'il paraissait m'imiter. Mais ma bouche resta crispée sur une moue méprisante. Je pense que je n'aurai pas beaucoup de mal a cercler la personnalité d'Ariemm... Je ne sais pas comment une Guilde peut fonctionner correctement avec une tel personne. Je ne doute pas une seconde que ses lieutenants l'aide sans arrêt! Malgré ces pensées plutôt négative sur Ariemm, je ne pus m'empêcher de penser que son imitation était près de la perfection. Enfin, juste niveau position. Car un drôle de sourire animait son visage, quant à moi, j'étais loin d'aller sourire à une telle idiotie. Encore moins d'y rire. Une nouvelle fois, j'enviais à ces personne sans arrêt souriantes leurs capacité à rire de tout et de voir le monde du bon côté. Mais moi, je n'ai jamais aimé cette phrase: "Il faut toujours voire la vie du bon côté." Enfin, peut être que le genre de personne comme ma Capitaine l'aime bien et la trouve juste, mais pas moi. Enfin, un moment il faut se prendre au sérieux! Si tu tombes dans les escaliers, tu ne vas pas te dire "Chouette! Je suis déjà en bas!" Enfin c'est stupide! Ou peut être que je suis trop capricieuse. Serai-ce bien de tomber dans les escaliers? Peu importe! Le fait était là que ma Capitaine avait bien l'air de se moquer de moi, et d'en prendre un fou plaisir! Alors, elle prit un somptueux sourire et commença à se balancer d'avant en arrière, assez enfantinement à mon goût, et avec son air innocent, elle enchaîna:

- Tu sais que tu as de beaux yeux ? Et une belle voix, aussi. Dommage que tu ne t'en serve pas pour rire ! Tu es vraiment comme ton Maître : un potentiel extraordinaire, gâché par des habitudes toujours trop sérieuses !

Je me mis à battre des paupières en perdant un peu mon équilibre et recula encore d'un pas. Premièrement, j'étais étonnée qu'elle réponde ça à ma question assez froide. Deuxièmement, je n'étais pas habituée aux compliments. Et puis cette innocence dans son regard et ça voix me fis penser que toutes ces façons d’agir, de parler, de penser la rendais beaucoup plus enfantine. Enfin, même si physiquement elle ne faisait pas vraiment son âge... Ariemm s'était mise à rire, d'un léger rire qui formait une petite mélodie. Encore quelque chose que je trouvais enfantin chez elle. Enfantin ne veut pas dire stupide ou hideux, non, tout au contraire! Je trouvais sa personnalité très charmante, même si je me garderai de lui dire. Réfléchissant à toute vitesse pour trouver quoi dire à ce compliment, je cherchais du regard quelque chose de réconfortant qui pourrai m'aider à réfléchir. Tout ce que je trouva fus mes pieds bottés. Soit, je regarderai bêtement mes pieds. Plus capable de regarder en face cette personne dont j'enviais le comportement. Je réponds sans perdre mon ton froid, qui ne fit même que se glacer d'avantage:

- Je n'ai pas que ça à faire de rire stupidement, sans arrêt. Et je ne suis pas si sérieuse que ça, c'est toi qui n'est pas assez mature pour la place que tu as. Je me demande vraiment comment tu as fait pour arriver ici...

Ce tableau devait être étrange, j'étais en position de fille super timide, que je suis réellement mais que je cache derrière cette personnalité de façade, en train de prononcer des mots froids que pas tout le monde prendrais bien... Je décide de relever la tête mais d'éviter le regard de cette fille. Je l'enviais beaucoup trop. Je n'étais pas jalouse, non, je sais que cette façade me permet de ne pas me faire marcher sur les pieds, mais simplement enviante de cette personne si... naturelle? Mes bras était à présent dans mes poches. Je ne sais pas exactement quand ils se sont retrouvés là, surement lors de la réponse absurde d'Ariemm. Ma capacité à garder un visage froid sans arrêt ne me demande aucun efforts à présent, mais ce sont mes membres que je n'arrive pas à contrôler. Quand je suis gênée, embarrassée ou mal à l'aise, mes doigts font des nœud tous seuls, sans que je ne m'en rende compte ou même que je puisse les arrêtés. Encore une chose qui m'énervais profondément chez moi-même. Enfin, m'apitoyer sur mon propre sort ne sert absolument à rien. Mais quelque chose me tracassait... Comment cette Ariemm en était venue à me faire e genre de compliments? Simplement pour essayer de m'adoucir? Le pensait-elle vraiment? Qu'attendait-elle exactement de moi en me disant cela? Ce genre de questions filaient dans ma tête depuis qu'elle avait prit la parole. Est-ce que les gens "normaux" se pose se genre de questions quand on les complimente? Ou est-ce juste moi qui me fais encore des miennes? Aucunes idées...


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 508
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Juin - 10:49
Akkami, qui était loin d'avoir voulu rire à ma plaisanterie et encore moins à ma réplique, sans doute un peu trop spontanée pour elle, se mit à papillonner des cils, d'un air des plus étonnés. Je réprimait un petit rire devant cette mimique que je trouvais adorable, bien qu'à la limite du ridicule. Elle recula encore d'un pas, si bien que je ne pus m'empêcher de me demander si nous allions finir la discutions chacune à une extrémité opposée de la Salle Commune. Peut-être fallait-il que je la déplace immédiatement contre un mur, pour l'empêcher de reculer ? A moins qu'elle n'est la capacité de traverser les murs aussi, dans ce genre de situation ! Dans le doute, mieux fallait ne pas essayer. Quelle idée terrifiante que de voir sa novice disparaître à l'intérieur d'un mur ! Je réprimais un frisson, mi-amusée, mi-inquiète par cette idée délirante que je prenais à moitié au sérieux. Quand je réalisai que j'étais vraiment parti très loin dans mon jeu intérieur, je ne pu m'empêcher d'émettre un nouveau petit rire flûté. Entre temps, Akkami avait adopté une posture des plus surprenantes. J'avais un peu perdu le fil des évènements. Etait-ce bien la même novice arrogante que j'avais face à moi. Je ne pu m'empêcher de regarder à droite et à gauche, faisant voler mes cheveux noirs et ébouriffés, pour tenter d'apercevoir une deuxième Akkami, qui elle, ressemblerait plus à la rebelle que j'avais eus face à moi quelques secondes plus tôt. Je rit encore devant ma propre blague idiote avant de reporter mon attention sur la fillette qui contemplait ses pieds avec insistance. On aurait dit une enfant fortement réprimandée par ces parents. Ou bien une fillette peureuse qui n'oserait pas venir dire bonjour aux invités de la famille et qui se cacherait derrière sa mère. Perdue, j'étais en train de me demander ce que j'avais bien pu dire pour la mettre dans cette état et surtout, à comment j'allais faire pour la réconforter, moi qui étais si maladroite. Je n'eus pas besoin de me tourmenter plus longtemps : Akkami, toujours dans sa pose de grande timide, cracha d'un ton encore plus froid :

- Je n'ai pas que ça à faire de rire stupidement, sans arrêt. Et je ne suis pas si sérieuse que ça, c'est toi qui n'est pas assez mature pour la place que tu as. Je me demande vraiment comment tu as fait pour arriver ici...

Sa réponse et le ton qu'elle employait tranchaient tellement avec sa posture que je crus d'abord qu'elle se moquait de moi à son tour. Chose que j'aurais apprécié, par ailleurs. Mais, ces paroles m'interpellèrent et cela me fit comprendre qu'elle était très sérieuse, malgré les apparences, et je dû faire un effort colossal pour retenir le rire qui me montait. Si elle parvenait à tenir son ton glacial et ses propos acerbes, je comprenais que son véritable sentiment était celui exprimé par sa posture. Entre autre, quelque chose qui ressemblait à de la soumission. La raison pour laquelle son comportement à mon égard avait changé de la sorte m'échappait totalement. Elle passait de l'arrogance ultime à l'intimidation extrême. Autant dire que je ne savais plus quoi penser. Et tout cela ne m'arrangeait pas ! Je ne voulais pas qu'elle se sente inférieure, ni qu'elle me prenne de haut ! Je voulais simplement pouvoir m'amuser un peu avec elle ! La relation avec les membres de ma Guilde était importante à mes yeux, et je ne voulais pas qu'il y ai de problèmes, surtout pas avec l'une de mes novices. A présent, Akkami s'était un peu ressaisit. Elle avait relevé la tête, mais son beau regard pourpre continuait de me fuir. Elle qui n'avait pas hésiter à me fusiller du regard quelques instants plus tôt... Un idée me vint : peut-être que je l'avais embarrassée avec mes compliments ? Il fallait dire qu'Elyu avait aussi réagit de manière étrange lorsque je l'avais complimenté sur son sourire, l'automne dernier dans les bois d'Orchedin. J'aurais dû faire plus attention ! J'étais bien trop spontanée, et Akkami avec dû croire que je me moquais d'elle ! Mais pourtant, avec son caractère, je doutais qu'elle réagirait de la sorte si on se essayait de se payer sa tête. Alors quoi ?
J'avais été tout du long souriante et Akkami n'avait donc sûrement pas remarqué que je me questionnais à ce point. D'autant plus qu'elle avait l'air de s'interroger elle-même énormément. Je me décidai à abandonner mes réflexions vaines, qui de toute façon commençaient à m'agacer. Je comprendrai peut-être plus tard, pour l'instant, je voulais juste jouer.

- Allôôôôôôô ! fis-je dans un rire pour la forcer à me regarder.

Le but du jeu : réussir à attraper le regard d'Akkami ! Son regard pourpre serai le gros lot et j'étais bien décidée à le remporter ! J'allai jusqu'à gesticuler frénétiquement devant elle, une attaque spéciale qui devrait fonctionner à tous les coups ! Cela me valu une multitude de regards interrogateurs de la part des soldats de passage, mais je les ignorais royalement : après tout, ils devaient être habitués à me voir faire ce genre de chose. Je me calmai et croisai mes longs bras maigres sur ma poitrine quasi-inexistante pour poursuivre de ma voix enfantine et ponctuée de petits rires :

- Bon. Un jour tu comprendra que rire n'est pas une perte de temps ! Au contraire, c'est bon pour la santé ! D'ailleurs, je ne vois pas en quoi je ne suis pas mature ! volontairement pour contredire mes paroles, je lui tirai la langue avec un petit clin d'oeil.

Je fis une pause, un peu plus songeuse. Comment j'avais fait pour arriver au poste de Capitaine ? On m'y avait porté, tout simplement. Je n'étais pas comme Lenn, qui s'était battu, qui avait prouvé sa valeur à mainte reprise pour accéder enfin à ce poste... Je hausse mes frêles épaules pour répondre d'un air faussement désinvolte :

- Ça se voit que tu n'es pas née orchedienne ! Comment peux-tu ignorer mes exploits de soldate ?

Bien évidemment, derrière mon attitude légère et mes plaisanteries, je mentais à Akkami, du moins partiellement. Si à mes yeux je n'avais fait que m'amuser et remplir mon devoir, je savais très bien que pas tous le monde partageait mon point de vue. Même si la plupart du temps, je n'avais pas envie de me "cacher" pour jouer et que je passais outre la sensibilité des autres, je savais rester discrète au niveau de la raison de mon accès au pouvoir. Je n'avais pas envie de révéler à Akkami comment mes victoires en mission se terminaient, ni comment mon père avait dissimuler au reste de la Guilde mes "erreurs", ni pourquoi j'étais à ce poste de Capitaine, qui ne m'enchantait aucunement. C'était bien trop dangereux. Très peu de gens savaient précisément ce qui m'avait amené à devenir Capitaine. Pour la plupart, c'était simplement mes talents de guerrière, ma capacité à être proches des troupes et de leur remonter le moral. Certains y ajoutait aussi une erreur de jugement de la part du précédant Capitaine, mais dans tous les cas, ils étaient loin de se douter que tout avait été une question d'orgueil et d'ambition familiale... Hormis les rares personnes qui étaient depuis le début totalement au courant de cette histoire plutôt sombre, Lenn était le seul à qui j'avais fait assez confiance pour le laisser entrevoir qu'être Capitaine n'était pas mon choix, me frustrait et était seulement lié à la volonté de mon père, le précédant Capitaine de la Guilde.
Curieusement, la raison de ma rencontre avec Akkami me revint brutalement et je m'empressai de changer de sujet :

- Au fait, j'ai quelque chose pour toi... commençai-je




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 128
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 13
Localisation : Chais plus
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 17:14
- Allôôôôôôô !

me lança Ariemm en riant. Que voulait-elle? Que je la regarde? Je n'oserai pas. Pas par manque de courage, je n'ai juste plus envie qu'elle puisse me complimenter. Je n'aime pas ça. Heureusement que les compliments sont pour moi une chose rare! Pour faire comprendre que je ne bougerai pas, je fourra mes mains dans mes poches. Puis, elle se mit à gesticuler dans tous les sens pour attirer mon attention. Malheureusement pour elle, je n'avais pas besoin de la regarder pour remarquer son cirque! Puis, voyant sûrement que tout ce remue-ménage n'avait pas servit à grand-chose, elle s'arrêta et croisa les bras. Elle continua, en riant, mais rire pour elle n'était pas rare, même plus courant que parler sérieusement à ce qu'il parait:  

- Bon. Un jour tu comprendra que rire n'est pas une perte de temps ! Au contraire, c'est bon pour la santé ! D'ailleurs, je ne vois pas en quoi je ne suis pas mature !

Bon pour la santé? Peut-être, ceci dis, je ne pratique pas le yoga du rire... Et je ne consomme rien qui pourrait me faire rire pour si peu, alors elle, je ne sais pas comment elle fait pour rire comme ça, sans arrêt. Peut-être qu'elle fait du yoga du rire? J'ai du mal à la voir faire du yoga... Ça demande un minimum de concentration et... Enfin peut importe! Yoga du rire ou non, je ne suis pas comme elle à rire sans arrêt pour un oui ou pour un non, même si, comme elle l'a dit, ça doit être très bon pour la santé! J'arrêtai un moment mes pensées. Venait-elle vraiment de dire qu'elle était mature? Je devait avoir mal entendu! Rien que de dire qu'elle était mature sonnait mal avec sa voix enfantine! Enfin, je ne devais pas être mieux moi... Elle devait être ironique. C'est rare que j'évite les gens du regard. Et je venais de me rendre compte à quel point il était difficile ensuite d'arriver à distinguer l'humeur de notre interlocuteur.
Du coin de l’œil, j’aperçus qu'elle s'était posée, songeuse. Qu'avais-je dis pour qu'elle soit ainsi? Ou préparait-elle encore un blague? Puis elle dit:

- Ça se voit que tu n'es pas née orchedienne ! Comment peux-tu ignorer mes exploits de soldate ?

Ariemm? Des exploit guerriers? Peut-être, mais pour l'instant, les seuls exploits que je connaissais d'elle serait ceux de la meilleure pratiquante du yoga du rire! Enfin... Il est possible qu'elle soit très douée malgré son manque total de sérieux... Mya était tout aussi gaie qu'elle... peut-être moins, et elle se débrouillait vraiment bien! Mieux que moi! C'est ma grande sœur aussi, alors heureusement qu'elle se débrouille mieux que moi! Repenser à Mya me rendais un peu triste, mais sa pensée pouvais également me mettre du baume au cœur. Mais à cet instant, repenser à elle me rappela trop de bons souvenirs que nous avions ensemble, et je me remis à regretter ce bon temps. Mes mains tombèrent de mes poches pour que je me retrouve droite comme un piquet, simplement la tête penchée. Pourquoi repenser à ma sœur me mettait toujours dans de tels états!? Est-ce qu'à elle aussi ça le faisait? Ou m'a-t-elle entièrement oublier? Je ne doute pas une seconde que mes parents ont arrêtés de me chercher. Je ne sais même pas s'ils ont commencé une seule seconde. En me frottant un œil qui avait commencé à s'humidifier, je chassais toutes ces sombres pensées. Pleurer, et puis quoi encore!? Alors que je m'essuyais frénétiquement l’œil, Ariemm poursuivit:

- Au fait, j'ai quelque chose pour toi...

Pas de rire? Pas de blague? Rien? Quelque chose clochait... Ou bien étais-je trop méfiante? Peut-être tout simplement qu'elle a comprit que quand il n'y a rien de drôle on ne rit pas? Non... Ça m'étonnerai d'elle... Mais cette "chose" m’intriguais. Stoppant mon regard sur le mur loin derrière Ariemm, je répondis, d'une voix presque inaudible mais glaciale, ce qui rendais encore quelque chose d'étrange:

- Quoi donc?

Je commençais à me lister toutes les possibilités de réponses stupides et "amusantes" qu'elle pourrait me faire, du genre "UNE BLAGUE! Ahahah!" Ouais non... Si elle dit ça, je pense que je lui colle une claque et puis je pars directement. Assez des blagues nulles! Même si maintenant c'est plutôt moi qui m'en fais à moi-même... Serais-ce peut-être quelque chose de sérieux pour une fois? Après tout, depuis la fin de mon entraînement avec mon Mentor, Elyu, je ne faisais que traîner dans les couloirs, lire, me promener dans les bois, chasser. Enfin une journée de grand-parent! Peut-être avais-je quelque chose à faire que je ne savais pas? Alors peut-être qu'elle viendrait me le reprocher!? Je n'ai pas bien peur d'elle, ni de personne d'autre d'ailleurs, alors si elle à une reproche à me faire, je l'accepterai, mais je ne m'excuserai pas ou je ne sais quelle autre imbécilité je pourrais faire. Non. Je resterai à ma promesse. Je resterai froide. Je continuerais comme toujours à me méfier des gens et de mes émotions. Malgré cette "auto-reconsolation", je sentais l'angoisse me prendre au ventre. Mon regard s'était arrêté de fuir celui de ma Capitaine. Il s'était fixé au mur derrière Ariemm. Quant à mes mains, elle s'étaient serrées toutes seules. Encore une manie que je n'arrive pas à contrôler. Encore quelque chose qui m'énervais chez moi...


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 508
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Juin - 10:05
Tout du long de mes paroles, Akkami n'avait cessé de m'esquiver du regard. Au moins, cela m'avait sans doute protégé de sa perspicacité, qui, je n'en doutais pas, était très aiguisée. Sans doute que si elle m'avait regardé droit dans les yeux, elle se serait aperçut que je lui mentais à propos de mon passé. Ou du moins, elle aurait pu deviner que quelque chose clochait. Mais moi, qui ne l'avais pas lâché du regard, je n'avais pas manqué de la voir s'empresser de s'essuyer le coin de l'oeil, comme si elle avait été sur le point de pleurer. Ce détail m'avait interpellé et avait éveillé ma curiosité. Akkami Kuuyami, la rebelle de la Guilde, la novice insolente, froide et impassible serai capable de pleurer ? Je lui adressai un petit sourire, en inclinant la tête. Qui était-elle donc, dans le fond ? Son passé était assez mal connu. Je savais simplement qu'elle n'était pas originaire d'Orchedin, et qu'elle vivait sans famille à présent. J'en était sûre, toute les émotions qu'elle tentait désespérément de dissimuler derrière des propos tranchants et une attitude froide, étaient désagréables et liés à son passé. Je ne voulais pas me l'admettre, mais dans le fond, c'était pareil pour moi. Le vécu était ce qui laissait les traces et les peines les plus profondes... Après sa timidité soudaine et ses larmes retenues de justesse, je ne prenais plus vraiment les rumeurs qui la voulait méprisante et froide au sérieux. Moi, quand je la regardais, je voyais juste une petite, perdue et peinée par un passé sans doute très lourd et affligeant. Pour une fois, le faite que je ne sache faire autre chose que sourire s'avéra pratique : impossible de deviner ma pitié et par conséquent, impossible de vexer Akkami, qui n'aurait sans doute pas aimé du tout que je m’apitoie de la sorte sur elle.
Il était à présent trop tard pour que je puisse la questionner sur ce que je venait d'observer, néanmoins, je pris le plus grand soin de noter cet élément dans un coin de ma tête, de façon à ne pas l'oublier. En temps voulu, je découvrirai précisément ce qu'il pouvait bien se passer dans la tête de cette novice. Je risquerai sans doute de faire encore une bêtise et d'empirer les choses, mais ma curiosité et la possibilité que j'arrive à ne pas trop blesser Akkami l'emportaient sur ma crainte de gaffer, comme je l'avais fait tant de fois auparavant. L'avenir me dirait quand passer à l'action, me montrerait sûrement le moment propice pour découvrir ce qui se tramait, sans risquer de faire inutilement de la peine Akkami. J'étais, malheureusement, très douée pour cela. Pour l'instant, je devrais me contenter de ce que j'avais vu aujourd'hui, c'était mieux ainsi, oui.
Akkami fixait à présent le mur derrière moi, évitant toujours soigneusement de me regarder, sans que je comprenne vraiment pourquoi. Cela m'agaçais un peu de ne pas gagner à mon propre jeu, mais je savais accepter une défaite. Tant pis pour le gros lot.

- Quoi donc ?

Elle avait parlé dans une sorte de murmure glacée. Ooouuuuh, elle allait finir par me faire peur ! Elle devait s'attendre à ce que je me paye encore une fois sa tête. Ce qui, en effet, allait être le cas, mais je comptais aussi réellement lui donner sa mission ! D'ailleurs, sa mission ! En venant ici, je n'avais même pas réfléchis à ce que je pourrais lui donner ! Je n'avais pas en tête toute la listes des tâches actuelles que la Guilde devaient accomplir pour la cité, la faute à mon défaut d'attention administratif. La gestion de l'arrivée des nouvelles missions, je m'empressais de la refiler à Elyu ou au Lieutenant Droit. Sauf, bien sûr, quand je voyais sur l'enveloppe qu'il s'agissait d'une mission de haute importance. Dans ces cas-là, j'ouvrai tout de suite la lettre, comme s'il s'agissait d'un cadeau à la fête de Sêlin, et je m'affairais pour la résoudre au plus vite ! Pour les autres missions, je me contentais de faire comme les simples soldats : je me rendais en salle des missions, comme une fleur, choisissais une quête qui me paraissait intéressante (de préférence celles qui impliquaient la traque de brigands, de mercenaires ou autres assassins. C'étaient toujours les plus amusantes !) et essayais de l'accomplir dans la journée. Mais je savais bien que pour Akkami, je devrais choisir quelque chose de plus calme. Attraper un petit voleur de pomme ? Je souris largement à cette idée. C'était une quête de ce type qui m'avait été confiée la première fois que j'étais partis en mission. Que de bons souvenirs ! Bref, il fallait tout d'abord voir ce que proposait la salle des missions. Je pouvais néanmoins écarter des possibilités tout ce qui se passait dans les Quartiers Nord : bien trop dangereux. Restaient les Quartiers Est, Ouest ou Sud. Je devais aussi choisir que faire entre la laisser en autonomie, ou la faire accompagner d'un soldat. Voyons voir... Elyu m'avait dit d'elle qu'elle était douée, mais que sa force physique était son plus grand point faible. Exactement comme moi ! L'accompagner moi-même pour sa première mission me tentais énormément, mais je doutais que je serais capable de me retenir de participer au jeu, surtout s'il s'agissait d'une mission de capture de voleur. Il fallait qu'elle puisse montrer ce dont elle était réellement capable, sans que quelqu'un ne la gêne ou ne la devance. Je finis par chantonner :

- C'est à propos de ta première mission ! Tu as le niveau d’entraînement requis pour accomplir une quête de bas niveau. Elyu et moi avons longuement réfléchis pour te trouver quelque chose que te correspondrait et nous avons finalement opté pour... Je laissais un instant ma phrase inachevée, pour ménager le suspens. Une traque d'éléphants roses !!

J'éclatai de rire à ma propre blague. Quoi de mieux qu'une traque d'éléphant rose dans les rues d'Orchedin ? C'est bien connu : pour attirer ces créatures mystérieuses, il suffit de crier à tue-tête "Tirlututu, par ici éléphants roses !". Rien que de m'imaginer Akkami réciter cette formule magique dans toute la ville, avec son air froid et méprisant, me faisait plier de rire. Je repris un peu contenance, et ajoutai, mes yeux verts sombres toujours pétillants de malice :

- C'est une blague ! A vrai dire, je n'ai pas encore trouvé quelque chose qui pourrais t'aller, je te propose de faire un petit tour dans la salle des missions pour qu'on y réfléchisse !

Sans attendre de réponse, je partis en sautillant vers la salle en question. Akkami allait bien devoir me suivre : c'était sa première mission tout de même ! Et puis si jamais elle décidai de me planter comme ça, je pourrais toujours me choisir une quête pour moi ! Ma dernière sortie avec Sauvage commençait à dater... Et son dernier nettoyage aussi.




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 128
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 13
Localisation : Chais plus
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Juin - 10:15
D'un air pensif, Ariemm se mit à sourire. Qu'est-ce qui pouvais bien la faire sourire ainsi? Je me méfia encore plus de la blague qui pourrait arriver. Puis elle déclara en chantonnant:

- C'est à propos de ta première mission ! Tu as le niveau d’entraînement requis pour accomplir une quête de bas niveau. Elyu et moi avons longuement réfléchis pour te trouver quelque chose que te correspondrait et nous avons finalement opté pour...

Elle laissa un blanc pour faire durer le suspens. J'étais si exciter et impatiente de savoir ce que pourrai être ma première mission que je laissa échapper un sourire. Peu importe! C'était quand même la première mission que j'allais recevoir! Ce n'est pas n'importe quoi! Je me demande si ça sera difficile? Ou au contraire ennuyant? Est-ce que je vais réussi à la mener à bien? Ou ais-je échouer? Je ne dois pas me rater! Surtout pas! Mes mains commencèrent à faire des nœuds, et Ariemm finit:

- Une traque d'éléphants roses !!

Mon sourire tomba comme mes mains. "Elle se fout de moi!?" L'envie de lui balancer ma mains de le visage se faisait de plus en plus forte. Mais il fallait - malheureusement - que je me retienne... Comment peut-elle être si peu mature? Bien sûr ça lui donne son charme, mais je pense qu'elle à comprit le genre de personne que je suis, enfin que je montre, mais pourtant ça ne l'empêchait pas de faire ce genre de blague... Ma Capitaine se tordait de rire à sa propre blague. Ne trouvait-elle pas étrange qu'elle soit la seule ici à rire? Ne se disait-elle pas qu'elle avait un peu fait une blague... pas drôle? Je prit une grande inspiration, puis soupira tous cet air. Je ne sais pas ce que je faisais encore ici. Alors que je faisais le premier pas pour repartir, Ariemm me dit en essayant de se calmer:

- C'est une blague ! A vrai dire, je n'ai pas encore trouvé quelque chose qui pourrais t'aller, je te propose de faire un petit tour dans la salle des missions pour qu'on y réfléchisse !

"Et bien heureusement que c'est une blague! Les éléphants roses ça n'existe pas!" me dis-je à moi-même. Je ne lui ferai même pas le plaisir de prononcer "éléphant rose", même si je pense qu'elle n'en n'a rien faire, mais pour moi, ça serai comme marcher dans sa blague. Alors je ne dirai rien par rapport à cette blague. Ceci dit, ce n'était pas une mauvaise idée d'aller avec moi à la salle des missions, je n'y était encore jamais aller. J'étais peut être rentrée une fois dans la salle histoire de visiter la Guilde? Aucune idée... Alors que j'étais plongée dans mes pensée, toujours le regard bloquer sur le mur, Ariemm partait en sautillant vers la salle des mission. Ce n'est que lorsqu'elle avait presque passer la porte de la salle commune que je me rendis compte qu'il fallait que je la suive. Je me mis à courir sur les quelques mètres qui me séparait d'elle, mais en laissant une distance de "sécurité". Si jamais elle était tentée de faire une autre blague nulle... on ne sait jamais! Je ne sais pas si je pourrais retrouver la salle des missions toute seule, alors la tête baissée, les yeux fixés sur les bottes d'Ariemm, je marchais d'un pas pressé, pour ne pas trop me laisser distancée... "Direction la salle des missions... pour la première mission que je vais accomplir!" me disais-je un peu anxieuse. "Mère... serez-vous fière de moi si j'accomplis à bien cette mission?" ne puis-je m'empêcher de penser. Pourquoi je repensais à Mère maintenant? Elle m'avait sans aucuns doute oubliée, et moi tous ce que je trouve à faire c'est me poser des questions sur comment me voit-elle. Et dire que ma sœur Père et elle sont encore ensemble, tranquillement installé dans la forêt... J'espère que Mya ne galère pas trop avec les tâches quotidienne de Mère. Elle à toujours été sévère et exigeante, et déjà qu'on avait parfois du mal à accomplir ses tâches à deux, maintenant me sœur doit les accomplir seule... J'espère qu'elle s'en sort... Je ne sais pas si j'oserai la revoir un jour... Mes parents je ne pourrais pas. Je le sais. Je leur en veut trop... Mais ma sœur à toujours été là pour moi. Je devrai aller la voir un de ces quatre...  
Toutes ces pensées me traversaient l'esprit pendant la marche monotone que j'avais.


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 508
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Juin - 13:48
De bien mauvais poil, sans doute la faute à mes plaisanteries, Akkami ne sembla pas vouloir me suivre tout de suite. J'eus presque le temps de sortir de la salle commune, quand j'entendis enfin un bruit cavalcade, puis les pas pressés de la novice qui me suivait. Je souris en me demandant l'expression que pouvait bien afficher la jeune fille aux yeux pourpres, maintenant. Un sourire était passé sur son visage lorsque je lui avait annoncé qu'elle allait recevoir sa première mission. Visiblement, elle s'était accordée une petite largesse pour cette occasion, que je savais mieux que quiconque excitante. En tout cas, cela avait été aussi joli qu’éphémère. Dés que je lui avait parlé des éléphants roses, j'avais bien senti que la claque n'était pas bien loin. Si le poste de Capitaine m'offrait un avantage, c'était bien celui que mes subordonnés n'osaient presque jamais laisser échapper leur colère contre moi. D'ailleurs, je regrettai qu'ils se mettent en colère pour si peu. N'avaient-ils pas de patience ? Ni d'humour ? Ah là là, si ça continuait ainsi, je finirai par instaurer une règle obligeant à rire au moins une fois par jour !
Nous arrivâmes enfin en salle des missions. La porte de bois était entrebâillée. Je levai ma jambe droite, parallèle au sol, pour l'ouvrir d'un petit coup de pied. Les soldats à l’intérieure parurent un peu surpris de me voir arriver comme cela, une novice derrière moi. Ils nous saluèrent poliment et je leur répondis avec un grand sourire avant de me retourner vers Akkami pour lui faire signe d'entrer. Sans attendre qu'elle soit à ma hauteur, je me mis à sautiller entre les grand panneaux de bois qui portaient les dossiers des missions actuelles de la Guilde, agitant ma chevelure noire de jais. Autant dire que c'était plutôt pauvre... Orchedin traversait l'une de ces périodes de tranquillité. Quelle poisse ! Il y avait de quoi devenir oisif ! Pourtant, mon côté optimiste et mon instinct me soufflaient qu'il s'agissait du calme avant la tempête. Je souris de plus bel, réprimant même une petite exclamation joyeuse. J'attendais l'orage avec une grande impatience. Je fis ainsi le tour de la salle, m'arrêtant de temps en temps pour étudier une quête, la tête inclinée sur le coté dans une mimique de réflexion, avant de repartir puis de revenir à mon point de départ. J'avais rapidement repéré quelques missions qui pourraient s'avérer intéressantes. Je croise les bras en souriant. L'une d'entre-elles tout particulièrement m'avais plus : dégradations et querelles dans une rue des Quartier Est. Akkami se sentirait-elle à la hauteur ? Je n'avais pas regarder le dossier de plus près, je ne connaissait donc pas tous les détails, mais je voulais d'abord observer la réaction de la novice :

- Bon, c'est assez maigre comme choix, mais je pense avoir quand même trouver quelque chose de mieux que les éléphants roses ! commençai-je de ma voix fluette. Que dirais-tu d'une petite excursion dans les Quartiers Est ? Apparemment, il y aurait eut quelques embrouilles récemment : violences et dégradations des habitations. Te sent-tu à la hauteur ?

Je finis par un petit rire, qu'en d'autre circonstance j'aurais regretté : on aurait dis que je me moquais d'elle, que je la défiait. Bien sûr, il n'en était rien et si mal me faire comprendre m'inquiétait et me frustrait d'habitude, je n’éprouvais rien de tout cela avec Akkami. Peut-être parce que son fort caractère m'amusait et que je n'étais pas encore assez proche d'elle pour pouvoir redouter de la vexer. Quoi qu'il en soit, quelque serait la réponse d'Akkami, il me resterait à décider si je devais la faire accompagner ou non par quelqu'un. Et si oui, par qui. Au cas où elle penserait cette quête inadaptée, j'ajoutai :

- Sinon, j'ai repéré d'autres choses, mais ça risque d'être soit trop dur, soit trop ennuyeux...




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 128
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 13
Localisation : Chais plus
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 13:40
Ariemm utilisa sa jambe pour ouvrir la porte, plutôt drôle à voir de la part d'une personne si haute classée! Mais elle ne prend pas son rôle au sérieux... je pleins ses lieutenants... Enfin. Une fois qu'elle soit entrée et qu'elle ai salué une bonne partie des gens dans la salle avec son grand sourire, elle se retourna et me fis signe d'entrer. En essayant de cacher mon regard intimidé en baissant la tête, j'entre dans la salle des mission. Ma Capitaine était déjà partie en sautillant lire les panneau pour trouver une mission intéressante. J'en fis de même, essayant de paraître normal malgré certains soldats qui me dévisageais... Je n'avais pas adresser de regard à Ariemm depuis que nous avions quitter la salle commune. Puis elle me lança avec son éternelle voix fluté:

-Bon, c'est assez maigre comme choix, mais je pense avoir quand même trouver quelque chose de mieux que les éléphants roses ! Que dirais-tu d'une petite excursion dans les Quartiers Est ? Apparemment, il y aurait eut quelques embrouilles récemment : violences et dégradations des habitations. Te sent-tu à la hauteur ?

Pff... Elle ne compte pas lâcher sa blague des éléphants roses... Elle se mis à rire. Je sais bien que ce n'était pas un rire moqueur, et puis même si ce l'était je n'aurais rien fais... Par contre, cette "embrouille" comme elle disait m'intéressais, et je ne me gardais pas de le cacher. Je m'approcha d'elle pour aller voir le dossier qui parlais de cette mission. Bien sur que je me sentais à la hauteur! Elle poursuivit:

- Sinon, j'ai repéré d'autres choses, mais ça risque d'être soit trop dur, soit trop ennuyeux...

Je voudrai quelque chose qui soit à ma portée, mais qui ne soit pas non-plus ennuyant, ça elle l'avait compris, de toute façon ça devait être ça pour tout le monde! Au tend laisser les missions simple aux Novices moins expérimentés! Pas la pêne d'aller s'ennuyer sur le terrain alors que quelqu'un d'autre aurait pût le faire s'en se lasser d'être là! Non, vraiment cette mission, "violence et dégradation des habitations" me convenait bien! Je quitte du regard ce dossier pour regarder Ariemm et lui répond sûrement:

- Cette mission dans les Quartiers Est me convient. Je vais la faire avec quelqu'un ou seule?

Je détourne le regard et continu, d'un ton moins sûr et plus faible:

- J'aimerai bien la faire avec quelqu'un si c'est possible...


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 508
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Juin - 15:32
Akkami se décida enfin à me regarder. Victoire ! Finalement, je n'avais pas eus besoin de me mettre à danser la zumba pour réussir à capter ses prunelles pourpres. Satisfaite, je réprimais un petit cris de joie et me contenta de croiser les bras une fois de plus, tout en conservant mon large sourire angélique. Malgré son air impassible, qui frisait à l'exaspération, se fut d'un ton assuré qu'elle répondit :

- Cette mission dans les Quartiers Est me convient. Je vais la faire avec quelqu'un ou seule ?

J'approuve son choix d'un grand hochement de tête, comme je savais si bien les faire. Qu'elle m'épargne de refaire un tour de salle en sautillant afin de comparer chaque détails des autres missions pur lui en proposer une autre m'arrangeait. Entre affaires de brigands et broutilles de grand-mères, il était difficile de trouver un bon compromit... Akkami abordait maintenant la décision qui me posait le plus problème. Choisir entre l'autonomie ou la surveillance. C'était ce genre de responsabilités qui m'agaçaient dans le rôle de Capitaine. J'étais responsable de la sécurité de la ville et de mes précieux camarades de Guilde. Ce n'était pas que je faisais de mauvais choix, mais plutôt une question de confort. Devoir faire preuve de sérieux, même intérieurement, pour ne pas décider n'importe quoi était quelque chose de désagréable à mes yeux. Une contrainte. Je sollicitais donc beaucoup mes Lieutenants, lorsqu'un choix devait être fait et je regrettais qu'Elyu ne soit pas là pour cette fois. Elle était le mentor d'Akkami et son avis m'aurais bien été utile. Mais je n'avais pas le temps d'aller la chercher. J'avais déjà prit beaucoup de retard sur l'attribution de ces premières missions et je devais me dépêcher d'en finir si je ne voulais pas inquiéter les novices. J'allais jouer la sécurité, et sagement faire accompagner cette jeune apprentie par un soldat de confiance.

- J'aimerai bien la faire avec quelqu'un, si c'est possible...

Reprit dans un murmure Akkami, en détournant une nouvelle fois son regard. Ah non, pas encore ! Mais qu'avait-elle donc à la fin à se montrer si timide avec moi ? Lui faisais-je peur ? C'est vrai qu'avec mes 155 centimètres de haut, mon visage lunaire enfantin et ma voix flutée, il y avait de quoi faire des cauchemars ! J'allais lui faire une remarque farceuse quand je réalisai ce qu'elle venait de me dire : elle ne voulais pas y aller seule. J'en restai baba. Jamais je n'aurais pensé qu'elle se faisait aussi peu confiance ! A son âge, je trouvais insultant le faite qu'on puisse être accompagné par un soldat pour sa première mission. Akkami ne cessait de me surprendre. Finalement elle n'était pas du tout comme les autres la disait. Du moins, pas avec moi, et je doutais qu'elle se forçait à faire la timide. Elle piquait décidément de plus en plus ma curiosité. Ne laissant transparaître de ma curiosité qu'un simple petit sourire, je répondis :

- En effet, c'est possible. J'allais justement t'annoncer que tu accomplira ta première mission avec... moi !

J'avais déballé ça comme ça, sans réfléchir. Je me connaissais suffisamment bien pour savoir que me désigner pour accompagner une novice dans sa première mission n'était pas forcement une bonne idée. Néanmoins, ma tentation était la plus forte et je n'avais de toute façon pas eut de noms de soldat qui m'eut vint à l'esprit pour se charger de cette tâche à ma place. On verrait bien comment se tourneraient les choses...




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 128
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 13
Localisation : Chais plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Juin - 12:58
Ariemm parrut étonnée de ma demande. Je m’attendais encore à une blague, pas forcément drôle à mon goût, mais je commençais à m’y habituer. Je ne sais pas pourquoi mais la pensée de me retrouver seule dans un endroit autre de la forêt que je ne connaissais pas m’éffrayait un peu. Elle me fit un petit sourire pour répondre :

- En effet, c'est possible. J'allais justement t'annoncer que tu accomplira ta première mission avec... moi !

Le temps que je comprenne vraiment ce qu’elle venait de dire fut un peu longuet... J’étais restée figée, sans bouger, la bouche bée. Serai-ce encore une blague ? Oui... Surement... Un Capitaine à sans doute autre chose à faire que d’accompagner un Novice dans sa première mission, non ? Soit. Cette fois je ne la laisserai pas m’énèrver avec ça. Je ferai comme si je croyais à cette blague. C’est à moi de m’amuser un peu non ? Inverssons les rôles juste le temps de prendre du plaisir à me moquer de quelqu’un discrètement. Je ne voulais pas forcément du mal à Ariemm, au contraire, je commençais à l’apprécier un tout petit peu, même si je la trouvais particulièrement excitée et blagueuse, un peu trop à mon goût même... Enfin. ‘‘Apprécier’’ est un grand mot. ‘‘Supporter’’ serai sans doute plus approprier... même si il est un peu brusque... Je commençais à m’habituer à elle. Oui, le mot était plus là. Je prends une inspiration puis la regarde à nouveau. Je lui répondis sans pouvoir me cacher un petit sourire en coin :

- Bien. Quand effectuerons-nous cette mission ?

Mon léger sourire devait peut-être trahir mes pensées ? Je ne sais pas, mais par sécurité je l’effaça pour reprendre mon éternelle expression vide. Je commença à me dire que j’étais bizarre de passer d’un visage à l’autre, d’une émotion à l’autre... Peut-être serai-je bipolaire ? Non je l’aurai remarquer avant. Il y aurai de quoi faire le titre d’un journal : « Akkami Shiga n’a découvert qu’aujourd’hui qu’elle était atteinte de la bipolairie ! » ‘‘Bipolairie’’... Je ne crois pas que ce mot existe vraiment... Et je ne sais même pas si c’est une maladie d’être bipolaire... Je devrai me renseigner tiens... Est-ce qu’on peut se soigner de la ‘‘bipolairie’’ ? Si oui j’aimerai bien pouvoir avoir ce traitement. Et puis s’il peut m’aider à accepter mon visage de fassade au passage... Pourquoi est-ce que je pense à tout ça maintenant ? Ce n’est vraiment pas le moment ! Enfin. Si quelqu’un pourrai lire dans les pensées, il se moquerait de moi, à toujours penser des choses complètement louphoques ou supides, derrière un visage stoïque.


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariemm
Fondatrice Ariemm
Messages : 508
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Juin - 10:38
Akkami afficha un sourire en coin, l'air moqueuse. Je me demandai bien de quoi elle pouvait se jouer ainsi, mais je ne cherchai pas à savoir. Elle venait de me montrer qu'elle savait plaisanter (à sa façon, bien sûr) et cela me satisfaisait amplement. Je lui signifiai mon contentement par un hochement de tête, accompagné d'un sourire, même si elle ne me regardai pas. Elle prit une inspiration avant de me regarder à nouveau, comme s'il lui fallait une préparation et un effort surhumain pour affronter mon regard. Je ne comprenais toujours pas ses réactions. Pour l'heure, je préférais les expliquer par mon rang de Capitaine, qui pouvait éventuellement impressionner. Pourtant, je savais qu'il ne s'agissait pas de cela. Akkami avait bien comprit que je n'étais pas le modèle exemplaire du Capitaine, du moins c'était ce que je ressentais quand je la voyait. Je n'avais jamais été douée pour comprendre les autres, ni très adroite pour leur faire parvenir mes sentiments et recevoir les leurs, mais Akkami était le labyrinthe le plus profond et le plus vaste auquel je n'avais jamais été confronté ! Elle était comme une abysse infinie et obscure, dans laquelle je ne pouvais plus rien distinguer. En somme, elle restait une énigme pour moi. Et je n'étais pas bonne pour ce genre d’énigmes.

- Bien. Quand effectuerons-nous cette mission ?

Fit-elle tout en s'empressant d'effacer son sourire. Il fallait croire qu'elle n'avait pas l'intention de me satisfaire avec une plaisanterie. Quoi qu'il en fut, j'avais avant tout hâte de partir pour cette mission, peut-être même plus que Akkami elle-même. Ainsi, non seulement j’échapperais à la suite de mon travail administratif, mais en plus j'aurais l'occasion de m'amuser un peu ! L'action me manquais, et je ne doutais pas que Sauvage était d'accord avec moi.

- Dès que tu es prête ! Pour ma part, il ne me faut plus que mon katana, et je suis parée !

HRP:
 




Ariemm Megjow


Je parle en #003300 dans mes RP's !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akkami
Habitué
Messages : 128
Date d'inscription : 21/02/2017
Age : 13
Localisation : Chais plus
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Juil - 11:31
- Dès que tu es prête ! Pour ma part, il ne me faut plus que mon katana, et je suis parée !

me répondit-elle. Bien, moi aussi il ne me manquait pas grand chose avant d'être prête. Il faut juste que je passe prendre mes armes et puis nous pouvons y aller! A chaque seconde qui passait, je me sentais plus pressée d'aller effectuer cette mission! Je me dirige à nouveau vers la porte de sortie puis avant de la franchir, je me retourne et lance à ma Capitaine:

- Moi aussi, je vais aller chercher mes armes. Rendez-vous au Quartier Est!

Puis je reprend ma course jusqu'à ma chambre où j'avais laissé mon sabre et mon fouet.

HRP:
 


Moi, je parle en #800033


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orchedin  :: Avelann :: Rez-De-Chaussé :: Salle Commune-
Sauter vers: